1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Plan loup : jusqu'à 40 bêtes pourront être abattues en 2018
2 min de lecture

Plan loup : jusqu'à 40 bêtes pourront être abattues en 2018

Le plan loup 2018-2023, dévoilé lundi 19 février par le gouvernement, prévoit l'abattage de 40 loups maximum en 2018. Très critiqué par les éleveurs, il prévoit que les indemnisations seront désormais soumises à conditions.

Des loups dans le parc animalier de Sainte-Croix en 2012 (illustration)
Des loups dans le parc animalier de Sainte-Croix en 2012 (illustration)
Crédit : JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP
Thibaut Deleaz & AFP

Quarante loups pourront être abattus en 2018, a annoncé le ministère de la Transition écologique dans le nouveau plan loup 2018-2023, dévoilé lundi 19 février. Ce plafond pourra être "actualisé une fois connus les chiffres de la population au printemps, pour être porté à 10% de la population".

Le dernier arrêté en vigueur permettait l'abattage de 40 loups entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018. Si le nouveau plan se base désormais sur l'année civile, les loups ne pourront être abattus qu'entre septembre et décembre. "En cas d'attaque", les éleveurs pourront malgré tout se défendre toute l'année, précise le plan loup.

Sur la base de recommandations scientifiques, le plafond annuel sera "fixé à 10% de la population" à partir 2019, avec possibilité de relèvement de 2% "en cas d'atteinte du plafond avant la fin de l'année civile et de dommages particulièrement importants". 

Fin 2017, on a recensé 360 loups en France, soit 70 de plus que l'année précédente. D'ici 2023, ils pourraient être 500. Espèce protégée, le loup a disparu en France dans les années 1930 avant de revenir dans les années 1990 par l'Italie. Très présent dans les Alpes, il étend peu à peu son territoire et a même été vu dans la Somme.

Les indemnisations d'éleveurs soumises à conditions

À lire aussi

Les indemnisations des éleveurs touchés par les loups, qui ont atteint un montant record de 3,2 millions d'euros en 2016, seront désormais conditionnées à la mise en place préalable de mesures de protection.

Une vingtaine de députés REM avaient réclamé début février une modification du plan, en particulier de cette mesure "pas acceptable" selon eux. En octobre dernier, près de 1.500 éleveurs avaient manifesté contre cette nouvelle mesure restrictive annoncée par le gouvernement.

Le nouveau plan loup prévoit également des aides pour la protection des troupeaux et le développement de mesures de protection et d'effarouchement "innovantes". En 2016, près de 10.000 brebis ont été tuées par des loups en France.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/