1 min de lecture Artisanat

Paulina, mosaïste : "Il faut surtout ne pas avoir peur d'utiliser ses mains"

Installée à Nantes, Paulina Okurowska travaille la mosaïque d'une façon contemporaine en utilisant notamment l'ardoise recyclée.

Armelle Levy La France et ses artisans Armelle Levy
>
Paulina, mosaïste : "Il faut surtout ne pas avoir peur d'utiliser ses mains" Crédit Image : YANNICK PESLIER | Crédit Média : Armelle Levy | Durée : | Date : La page de l'émission
Armelle Levy
Armelle Levy et Loïc Farge

Paulina Okurowska est mosaïste dans un atelier collectif (l'Atelier 67), où sont réunis plusieurs artisans d'art. Son atelier, une ancienne ébénisterie, fait une vingtaine de mètres carrés. Comme dans une cuisine, elle utilise des ustensiles et des matière première. Mais il n'y a pas de four. "Le mosaïste va utiliser des matériaux qui sont déjà soit transformés (le verre ou la pâte de verre), soit naturels (ardoise, granit, marbre)", explique-t-elle. "Ensuite on casse, on fragmente et on recompose, comme un puzzle, soit un tableau (comme un portrait), soit des sculptures, des tables, des fresques, des murs ou des sols", poursuit-elle.

Elle choisit avec soin ses matières, et donc ses couleurs, pour jouer sur les contrastes entre les tons, avec un rendu mat ou brillant. Paulina répond à beaucoup de commandes de décoration. Outre les piscines, les salle-de-bains et les cuisines en mosaïques, très résistantes, elle a récemment décoré les murs d'un bar.

"Le songe d'Icare", par Paulina Okurowska
"Le songe d'Icare", par Paulina Okurowska Crédit : YANNICK PESLIER

Paulina Okurowska a fait l'École nationale supérieure des Arts appliquées et Métiers d'Art Olivier de Serre, à Paris. Mais autodidacte - elle est a son compte depuis six ans -, elle ne s'est pas arrêtée là. "À la sortie de l'école, je voulais faire de l'art. Mais quel art ? À 19 ans, je ne savais pas", confie-t-elle. Aujourd'hui, cette passionnée continue à explorer la matière.

À lire aussi
L'intérieur de la cathédrale Notre-Dame de Paris, au lendemain de l'incendie qui l'a partiellement détruite lundi 15 avril 2019. incendie
Incendie à Notre-Dame : le manque d'artisans pourrait retarder la reconstruction
Les "lieux-non-dits" par Paulina Okurowska
Les "lieux-non-dits" par Paulina Okurowska Crédit : YANNICK PESLIER

"Il faut surtout ne pas avoir peur d'utiliser ses mains (...) et oublier la tête", prévient celle qui expose actuellement au collège Notre-Dame-de-Bourgenay, aux Sables-d'Olonne, une sculpture unique en mosaïque, où elle fait flotter les ardoises.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Artisanat Made in France Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787924916
Paulina, mosaïste : "Il faut surtout ne pas avoir peur d'utiliser ses mains"
Paulina, mosaïste : "Il faut surtout ne pas avoir peur d'utiliser ses mains"
Installée à Nantes, Paulina Okurowska travaille la mosaïque d'une façon contemporaine en utilisant notamment l'ardoise recyclée.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/paulina-mosaiste-il-faut-surtout-ne-pas-avoir-peur-d-utiliser-ses-mains-7787924916
2017-04-03 12:27:11
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Z_x8rvgM-vU4mx843wNAdQ/330v220-2/online/image/2017/0403/7787930086_une-oeuvre-de-paulina-okurowska-mosaiste.jpg