2 min de lecture Paris

Paris : quel est le sort des migrants évacués porte de la Chapelle ?

Près de 3.000 migrants ont été évacués ce vendredi dans le nord de Paris. Ils ont été orientés dans 17 structures d’hébergement situées en île-de-France.

Évacuation du camp de migrants porte de la Chapelle à Paris
Évacuation du camp de migrants porte de la Chapelle à Paris Crédit : ERIC FEFERBERG / AFP
Valentine De Brye
et AFP

Ce vendredi 7 juillet, près de 3.000 migrants ont été évacués du quartier de la porte de la Chapelle dans le nord de Paris, où ils vivaient depuis plusieurs semaines, dans des conditions d'hygiène déplorable. Peu avant six heures, 350 policiers aidés par des équipes de la ville de Paris, ont donc conduit les 2.771 réfugiés dans 17 établissements d'hébergement d'urgence situés en Île-de-France, "essentiellement des gymnases", a indiqué François Ravier, secrétaire général de la préfecture de région, précisant "qu'il y avait de la place pour tout le monde".

Un placement qui n'est que provisoire et qui sert avant tout de mise à l'abri avant une nouvelle réorientation dans d'autres centres. En effet, une fois sur place, les demandeurs d'asile sont pris en charge par des bénévoles et des associations chargées de les informer sur leurs droits.

Ils bénéficient d'un diagnostic social et sanitaire avant d'être réorientés vers d'autres centres en France. Contacté par la rédaction d'RTL, Guillaume Schers, directeur de la gestion des situations d'urgence de l'association France Terre d'Asile affirme qu'il est impossible de dire combien de temps les migrants vont pouvoir rester dans ces centres, "cela peut durer deux semaines comme deux mois".

La réorientation a souvent été très positive.

Guillaume Schers, de France terre d'asile
Partager la citation

Cependant, "la réorientation des demandeurs d'asile reste une gestion complexe pour les services de l'État", constate Guillaume Schers, "bien que sur d'autres opérations de même nature, la réorientation a souvent été très positive".

À lire aussi
A l'entrée de l'Elysée, lundi 9 décembre, une militante Femen a protesté lors de la venue de Vladimir Poutine. Vladimir Poutine
Paris : une Femen proteste contre la venue de Vladimir Poutine

Dans ces Centres d'accueil pour demandeurs d'asile, les migrants sont également accompagnés dans leurs démarches administratives. Ils y préparent notamment leur dossier de demande d'asile pour la France ou un autre pays de l'Union européenne. "Des agents de l'Ofii vont passer au cours du mois et une information leur sera donnée sur la demande d'asile et l'aide au retour volontaire", a affirmé Didier Leschi, directeur général de l'Offi, l'Office français d'immigration et d'intégration.

Complexité des demandes d'asile

Le préfet de Paris a toutefois tenu à préciser que le problème réside surtout dans la complexité des demandes d'asile, car un certain nombre de migrants ont déjà laissé leurs empreintes dans un autre pays européen censément compétent pour leur demande d'asile.

Cette opération était la plus grosse organisée depuis l'évacuation, le 4 novembre dernier, du gigantesque bidonville de la place Stalingrad à Paris, opération au cours de laquelle 4.000 personnes avaient été prises en charge. À la suite de cette évacuation, le centre humanitaire porte de la Chapelle avait été créé, afin d'empêcher la reconstitution de ce genre de campement, offrant une alternative à la rue. Mais ce dispositif unique n'a finalement pas eu l'effet escompté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris Migrants Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants