1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Paris : des publicités anti-IVG affichées, JCDecaux dénonce un "piratage"
1 min de lecture

Paris : des publicités anti-IVG affichées, JCDecaux dénonce un "piratage"

Une campagne de publicité sauvage a été menée à Paris par des militants pro-vie. Une plainte va être déposée.

Un arrêt de bus nouvelle génération à Paris, le 23 mars 2015
Un arrêt de bus nouvelle génération à Paris, le 23 mars 2015
Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA
Julien Absalon
Julien Absalon

Comment des affiches militant contre l'avortement se sont-elles retrouvées sur des panneaux publicitaires à Paris ? Des habitants et passants du XVIe arrondissement ont exprimé, lundi 16 janvier, sur les réseaux sociaux leur émoi en découvrant cette campagne initiée par un mouvement pro-vie décourageant les femmes de recourir à l'interruption volontaire de grossesse (IVG). On peut y lire une mère disant à sa fille "Je ne te laisserai pas ruiner ta vie avec ce type", ou encore un médecin lancer à une femme : "C'est une courte intervention pour une longue dépression". Au dessous de ces slogans se trouve un appel à participer à une "marche pour la vie" à Paris, le 22 janvier prochain. Il semble cependant que ces affiches, dont l'une a aussi été vue quelques jours plutôt dans les pages du Figaro, n'auraient jamais dû se retrouver sur les Abribus parisiens.

JCDecaux, la multinationale française qui gère ces emplacements publicitaires, affirme n'avoir jamais autorisé une telle campagne sur leurs équipements. "Les affiches 'Marche pour la vie', posées illégalement sur nos mobiliers, sont actuellement retirées par nos équipes", affirme la société sur son compte Twitter. Contactée par le Huffington Post, elle dénonce également un "piratage", sans pour autant donner plus de précisions sur la façon dont les affiches ont pu se retrouver là. Elle annonce également son intention de porter plainte.

D'après LCI, des militants du collectif anti-IVG "Les Survivants" est à l'origine de cette campagne illégale. Si la procédure judiciaire aboutit pour vandalisme, les auteurs peuvent encourir une amende de 3.750 euros et une peine de travail d'intérêt général.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/