1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Orage de grêle dans les Yvelines : "Je ne sais pas comment je vais m'en sortir", confie un agriculteur désespéré
2 min de lecture

Orage de grêle dans les Yvelines : "Je ne sais pas comment je vais m'en sortir", confie un agriculteur désespéré

Après l'orage de grêle qui s'est abattu samedi dans les Yvelines, les agriculteurs constatent l'étendu des dégâts. Christophe, céréalier depuis 10 ans, a perdu la moitié de sa récolte.

Christophe Robin et son fils Louis constatent les dégâts sur les épis d'orge
Christophe Robin et son fils Louis constatent les dégâts sur les épis d'orge
Crédit : Gautier Delhon-Bugard
Orage de grêle dans les Yvelines : "Je ne sais pas comment je vais m'en sortir", confie un agriculteur désespéré
00:01:48
Gautier Delhon-Bugard

Christophe Robin nous embarque dans son utilitaire gris, son fils de 8 ans s'installe sur la banquette arrière. Au bout de quelques minutes de route, ce céréalier installé depuis 2012 dans les Yvelines s'arrête sur le bas côté. De part et d'autre du chemin goudronné, ses cultures ont été ravagées par l'orage de grêle. "Papa regarde il n'y a plus aucun épi ici", s'étonne Louis, 8 ans, qui accompagne son père dans les champs.

Christophe regarde autour de lui et fait un constat amer. "Voilà la grêle est passée par là malheureusement. L'orge c'est 100%, le blé 30 à 40% de récoltes en moins", se désole l'agriculteur. "Vous voyez, un épi de blé normalement il y a plusieurs étages, c'est assez long, 5 à 6 centimètres. Et là, il y a des trous partout. De l'autre côté, dans la parcelle d'orge, tous les épis sont par terre, c'est une catastrophe". 

Le céréalier est déjà en contact avec son assureur, mais les indemnisations ne devraient pas couvrir les pertes. "On va avoir un décalage. Par exemple pour le blé, je vais être couvert à hauteur de 200 euros la tonne, quand je peux la vendre à 400 euros avec la hausse des cours. Et puis cette année, nos dépenses ont augmenté, les prix du gaz et des engrais ont explosé à cause de la guerre en Ukraine. Les indemnisations couvriront à peine mes charges". Christophe paraît désespéré. "On se remettait à peine de 2016 qui avait été une année catastrophique. On pensait faire une bonne récolte cette année. Je ne sais pas comment je vais faire, ça fait mal au cœur". 

Christophe au milieu des brins d'orge détruits par la grêle
Christophe au milieu des brins d'orge détruits par la grêle
Crédit : GDB

Les premières propositions du gouvernement pour venir en aide aux exploitants, notamment le prolongement des prêts garantis par l'État sont insuffisants juge l'agriculteur, qui espère un accompagnement "plus important" de la part du gouvernement. "C'est bien, mais on a besoin de plus. Dans le secteur, environ 25 exploitants ont été touchés, certains sont des jeunes agriculteurs, certains ne sont pas assurés. C'est très compliqué" explique Christophe, impliqué dans la section locale de la FDSEA d'Île-de-France, principal syndicat du secteur. 

À lire aussi

En attendant d'éventuelles indemnisations, les agriculteurs des Yvelines ont lancé une cagnotte en ligne pour venir en aide aux céréaliers touchés par la grêle. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/