1 min de lecture Attentats en France

Michel Rocard : "On ne peut pas mettre des barbelés et des miradors à toutes nos frontières"

Selon Michel Rocard, l'emploi est une solution prioritaire pour lutter contre la délinquance. Il critique la mise en cause de l'immigration.

L'ancien premier ministre socialiste, Michel Rocard, grand'croix de la Légion d'honneur.
L'ancien premier ministre socialiste, Michel Rocard, grand'croix de la Légion d'honneur. Crédit : AFP / EVARISTO SA
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'ancien Premier ministre socialiste, Michel Rocard, a mis en garde contre toute éventuelle remise en cause de la politique d'immigration en France et souligné qu'en matière de lutte contre le terrorisme, la France disposait de "l'arsenal législatif qui convient".

"On ne peut pas mettre des barbelés et des miradors à toutes nos frontières. C'est une vision du monde qu'il faut éviter à tout prix", a souligné l'ancien Premier ministre dans le Journal du Dimanche, interrogé sur l'éventualité d'une révision de la politique d'immigration. "La vérité, c'est qu'il y a une corrélation forte entre l'importance et la durée du chômage et la délinquance", a-t-il ajouté.

L'emploi avant tout

"Si nous retrouvions le chemin de l'emploi, a-t-il enchaîné, notre approche de bien des problèmes serait toute différente". En matière de lutte contre le terrorisme, Michel Rocard souligne que le pays doit bien se garder d'adopter un Patriot act à la française, l'ensemble de ces mesures en matière de sécurité adoptées par les Etats-Unis au lendemain du 11 septembre 2001.

Le Patriot Act a fait aux Etats-Unis des dégâts considérables

Michel Rocard
Partager la citation

"Nous avons à notre disposition l'arsenal législatif qui convient", a-t-il souligné. Selon lui, "c'est une idée concentrationnaire de vouloir se prémunir à tout prix (...) Soyons conscients que le Patriot Act a fait aux Etats-Unis des dégâts considérables". Enfin, à propos de la Russie, Michel Rocard a souhaité que l'Occident parvienne avec Vladimir Poutine à un "vrai deal".

À lire aussi
La salle de concert du Bataclan avait été touchée lors des attentats de Paris, le 13 novembre 2015. Attentats en France
Terrorisé par un exercice attentat, un rescapé du Bataclan saisit les prud'hommes

"L'erreur, la faute, des Américains, et derrière eux des Occidentaux, c'est d'être restés silencieux lorsque Moscou a annoncé la dissolution du pacte de Varsovie. Pire : ils ont décidé d'élargir l'Otan maintenue aux trois pays baltes issus de l'ex-URSS, alors qu'il aurait probablement fallu la dissoudre". "Pour la Russie (...), cela a été et reste une profonde humiliation", a poursuivi l'ancien Premier ministre. "Résultat, selon lui : la Russie accompagne sa colère contre l'Occident d'une volonté de saboter les positions occidentales dans le monde arabe alors que (...), nos intérêts, objectivement, devraient converger".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats en France Michel Rocard Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants