1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "On assiste depuis une dizaine d'années à une dérive de ces blocages", Philippe Tournier
1 min de lecture

"On assiste depuis une dizaine d'années à une dérive de ces blocages", Philippe Tournier

REPLAY - Le secrétaire générale du SNPDEN-UNSA soutient les proviseurs qui ont fermé leur établissement pendant le mouvement de mobilisation nationale contre la loi Travail du 31 mars

Christophe Pacaud  Agnes Bonfillon
Christophe Pacaud Agnes Bonfillon
"On assiste depuis une dizaine d'années à une dérive de ces blocages", Philippe Tournier
00:07:53
Christophe Pacaud & Agnès Bonfillon & La rédaction numérique de RTL

Près de 390.000 personnes ont manifesté jeudi 31 mars en France contre le projet de loi travail, dont 26.000 à 28.000 à Paris, a-t-on appris auprès du porte-parole du ministère de l'Intérieur et de la Préfecture de police de Paris. Selon les syndicats, le nombre de manifestants grimpe à 1,2 million de personnes, dont 200.000 jeunes selon l'Unef. Et pour éviter des débordements dans les lycées, comme la semaine passée, plusieurs proviseurs ont décidé, par précaution, de fermer leur établissement. Une décision dénoncée par le ministère de l'Éducation qui rappelle que les lycées doivent accueillir les élèves s'ils se présentent.

Un article du code de l'Éducation "laisse au chef d'établissement la possibilité de prendre toutes les mesures possibles pour assurer la sécurité de son établissement" rétorque Philippe Tournier, le secrétaire du principal syndicat des chefs d'établissement (SNPDEN-UNSA). "On assiste depuis une dizaine d'années à une dérive de ces blocages", poursuit-il en décrivant des "groupes cagoulés, maqués, qui lancent des poubelles sur les professeurs et les élèves qui sont là".

"Une partie des élèves, qui se reconnaissent dans le mouvement social, sont inquiétés par des scènes de violences auxquelles ils assistent dans leur lycée", assure Philippe Tournier. Alors que 26 établissements ont fermé leur porte le 31 mars, le secrétaire général du SNPDEN-UNSA ne se prononce pas encore pour les journées de mobilisation prévues pour les 5 et 9 avril prochains : "ça a été efficace, mais on est prêt à discuter".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/