4 min de lecture Migrants

Nickelsdorf, le nouvel eldorado des migrants ?

REPLAY - Ce petit village autrichien accueille les réfugiés à bras ouverts depuis ce week-end avant qu'ils continuent leur périple vers Vienne ou Salzbourg.

Amandine Begot La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Nickelsdorf, le nouvel eldorado des migrants ? Crédit Image : Maxime Villalonga | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

C'est un village de 1600 habitants, à la frontière avec la Hongrie, à 70km de Vienne. Bienvenue a Nickelsdorf, petite commune autrichienne qui a attiré ce week-end en quelques heures, tous les projecteurs. Un village qui démontre par l'absurde à quel point les règles d'asile en Europe sont devenues intenables et dépassées. Le traité de Dublin qui stipule que "l'État par lequel un demandeur d'asile est rentré dans l'Union européenne est celui qui doit examiner cette demande". Ce n'est plus le cas depuis ce week-end.


Depuis que l'Autriche et l'Allemagne ont annoncé que tous les demandeurs d'asile arrivés depuis la Hongrie pourraient demander l'asile dans ces deux pays. C'est ainsi que des milliers de réfugiés sont arrivés hier à Nickelsdorf, point de transit pour Vienne ou pour Salzbourg. C'est l'envoyé spécial de Médiapart Christophe Gueugon qui raconte ce matin ce qu'il convient d'appeler une opération humanitaire d'ampleur. A Nickelsdorf, un camp d'accueil des réfugiés a été installé, un hangar immense en plein milieu.... d'un parc éolien. Les lumières rouges qui clignotent en haut des éoliennes donnent d'ailleurs une atmosphère étrange aux lieux. On y distribue autant de nourriture que de vêtements, des médecins circulent, examinant ici un jeune garçon, là un bébé. 250 réfugiés, dont s'occupent 150 volontaires. On a plus de nourritures et de vêtements qu'il n'en faut explique une bénévole de la Croix-Rouge. Les habitants ont défilé tout le week end pour apporter avec leur voiture tout ce qu'ils pouvaient donner.  


Au milieu de cette ruche, il y a Ayham, 24 ans. Il vient d'Alep en Syrie. Il est arrivé ce week-end avec ses parents ses frères et sa fille de 3 ans qui galope entre les lits de camps. Ayham raconte le cauchemar qu'ils ont vécu en Hongrie, la faim, le froid. La police qui les traite de terroristes. Ayham insiste : « Quand je suis arrivé ici, j'ai su ce que c'était que l'humanité : « Vous qui êtes journaliste, dites-leur, dites bien au monde à quel point les Autrichiens et les Allemands sont des anges. » 

Après le rêve américain, le rêve allemand

"La leçon de générosité de l'Allemagne" titre d'ailleurs ce matin Le Parisien. Avec la photo de ces réfugiés qui descendent d'un train et qui sont accueillis par des habitants qui applaudissent, leur sourient et tendent des ballons aux enfants. Photo également en une du Herald Tribune édition internationale, des dizaines de chaussures alignés dans le hall de la gare de Francfort, des ballerines roses, des baskets, des bottines  avec une inscription à la craie par terre "family shoes, welcome refugees". (Chaussures pour les familles, bienvenue aux réfugiés).

À lire aussi
Les autorités anglaises venant en aide à des migrants qui tentent de traverser la Manche, le 18 février 2019. Manche
Quinze migrants secourus au large de la Belgique


Comment un pays qui fut le repoussoir des persécutés de la seconde guerre mondiale est-il passé si vite des ténèbres à la lumière ? C'est la question que se pose Dominique Moisi dans Les Échos ce matin. Comment le rêve allemand s'est-il substitué au rêve américain d'hier ? Eh bien c'est le leadership politique qui fait la vraie différence entre l'Allemagne et le reste de l'Europe. Angela Merkel ne se demande pas si elle risque de perdre les prochaines élections. L'Allemagne n'est plus seulement la première puissance économique européenne, elle est devenue sa première puissance morale. Elle doit être une source naturelle d'inspiration pour tous. Quand l'histoire frappe à la porte, sous la forme de centaines de milliers de réfugiés, on ne perd pas son temps à ménager les mouvements populistes. A ce petit jeu, on perd d'abord son âme et les élections ensuite.

Et puis il y a Hollande face à la presse

Voilà au moins une promesse tenue ironise Philippe Marcacci dans l'Est républicain. Le Président va donner sa 6ème conférence de presse, une tous les 6 mois comme promis. Mais ces grand-messes a répétition ont banalisé sa parole et l'exercice condamne François Hollande à une gesticulation dont l'écho masque à peine le peu d'effet. Le Figaro revient bien sur sur le sondage IFOP RTL qui donne le Président battu dès le premier tour. Il n'a pourtant en rien renoncé à 2017 affirme le journal l'Opinion qui ironise en titre "Mes changements c'est maintenant". "Le changement ? plus qu'un an" titre Libération de son coté. C'est dans un an que  s'ouvrira la campagne présidentielle. François Hollande se déterminera tard sur sa candidature disent les visiteurs du soir, il attend le trou de souris dans lequel il pourra s'engouffrer.


Et puis il y a le foot ce soir qui intéresse aussi la presse. France-Serbie à Bordeaux en match amical. Alors  pour savoir où en est l'Équipe de France à 9 mois de l'euro, il faut bien sûr regarder les matches, étudier son jeu, scruter les attitudes, mais pas seulement. Le journal l'Équipe s'est penché sur les mots bleus,

pas ceux qu'on dit avec les yeux mais ceux utilisés par les membres de l'Équipe de France.

On apprend au passage qu'en 5 jours de conférence de presse, ils ont prononcé 7500 mots différents. Des mots révélateurs de l'état d'esprit et des préoccupation actuelles des Bleus. Et le mot qui est revenu le plus souvent en 5 jours, et bien c'est je. Pas jeu, JEU, mais je : J-E. 107 occurrences,  loin devant le mot équipe,  entendu à 36 reprises  et le mot confiance 6 occurrences. Autant que le mot nous. L'Équipe note que "le plaisir et l'envie" sont tout de même plus fréquents que "la pression ou les problèmes"...

JE, nous, confiance, il ne manque plus que le mot croissance et hop on passe de Clairefontaine à l'Élysée ! 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Migrants Autriche Allemagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants