1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Montpellier : ce que l'on sait du projet d'attentat imminent déjoué
2 min de lecture

Montpellier : ce que l'on sait du projet d'attentat imminent déjoué

ÉCLAIRAGE - Quatre personnes, dont une jeune femme, ont été interpellées, ce vendredi 10 février. Au vu des premiers éléments de l'enquête, une attaque était, semble-t-il, imminente.

Des débris de l'opération antiterroriste à Montpellier, le 10 février 2017
Des débris de l'opération antiterroriste à Montpellier, le 10 février 2017
Crédit : SYLVAIN THOMAS / AFP
Montpellier ce que l'on sait du projet d'attentat imminent déjoué
01:18
Ce que l'on sait du projet d'attentat déjoué à Montpellier
01:38
Guillaume Chieze & Julien Absalon

Un attentat était en préparation à Montpellier. Quatre personnes ont été interpellées dans la ville et aux alentours par la Sous-direction antiterroriste (SDAT), vendredi 10 févier. Les enquêteurs pensent qu'un passage à l'acte était prévu. C'est d'ailleurs ce que le premier ministre Bernard Cazeneuve et le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux ont confirmé peu après le coup de filet. Pour le moment, impossible de dire quelle était la cible potentielle de l'attaque, ni quelle était la date prévue.

"Nous sommes face à un niveau de menace terroriste extrêmement élevé qui nous oblige à chaque instant à prendre toutes les précautions pour assurer la protection de nos concitoyens", a déclaré Bernard Cazeneuve, en marge d'un déplacement dans la Creuse. Il s'est néanmoins refusé à donner plus de précisions sur l'avancée des investigations : "Je ne veux pas faire de commentaires, c'est au procureur de la République de les faire en fonction des éléments de l'enquête". De premières informations ont néanmoins été communiquées par des sources proches de l'enquête.

Qui sont les personnes arrêtées ?

Parmi les quatre suspects, trois hommes sont âgés de 20, 26 et 33 ans. Mais le profil le plus surprenant est sans doute celui d'une jeune fille, qui vient tout juste d'avoir 16 ans. Les enquêteurs l'ont repérée sur les réseaux sociaux. Sur Internet, elle clame son envie de rejoindre la Syrie mais envisage également de mener une action terroriste sur le sol français en cas d'échec du voyage. Selon les informations de LCI, elle aurait même prêté allégeance au groupe jihadiste Daesh dans une vidéo.

L'adolescente est en lien avec un l'homme de 20 ans ciblé par les agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Le couple s'est rendu, jeudi 9 février, dans une grande surface pour acheter un litre d'acétone. Ce produit est connu pour être détourné de son usage pour servir de base à la fabrication de poudre explosive. C'est cet achat qui a décidé les agents de la SDAT de lancer un assaut et interpeller au plus tôt le couple.

À lire aussi

Quant au rôle des deux autres hommes, il n'est pas encore clairement établi. En outre, le journal local L'Union rapporte qu'une double opération terroriste a été menée à hauteur de Charleville-Mézières. Ces interventions auraient un lien avec certains suspects interpellés.

Ce que les enquêteurs ont trouvé

La perquisition menée chez le jeune homme de 20 ans a été la plus fructueuse. En plus du litre d'acétone, les enquêteurs ont découvert un litre d'eau oxygénée et un litre d'acide sulfurique. Ces trois produits permettent de fabriquer du TATP, la poudre explosive prisée par les terroristes. Dans ce véritable laboratoire, 70 grammes de TATP ont été retrouvés. De quoi fabriquer un gilet explosif à destination d'un kamikaze, mais pas encore suffisant pour mener une action terroriste de grande ampleur. Des seringues et des gants de protection ont aussi été saisis. À noter qu'aucune arme à feu n'a été retrouvée lors des perquisitions.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/