1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Migrants : plongée dans la "Jungle" de Calais, au bord de l'asphyxie
2 min de lecture

Migrants : plongée dans la "Jungle" de Calais, au bord de l'asphyxie

REPORTAGE - Quand certains continuent de rêver d'Angleterre, d'autres apprennent le français dans des écoles.

Entre 7.000 et 10.000 réfugiés survivent dans la "Jungle" de Calais
Entre 7.000 et 10.000 réfugiés survivent dans la "Jungle" de Calais
Crédit : SIPA
Migrants : plongée dans la "Jungle" de Calais, au bord de l'asphyxie
00:03:24
Migrants : plongée dans la "Jungle" de Calais, au bord de l'asphyxie
00:03:23
Thomas Prouteau & Loïc Farge

La situation se tend un peu plus chaque jour autour de la "Jungle" de Calais, où s’entassent désormais entre 7 et 10.000 migrants. Les routiers et les commerçants ont manifesté leur colère lundi 5 septembre. Les policiers sont débordés. D'un point de vue humanitaire, le bidonville est proche de l’asphyxie. Chaque interstice, chaque mètre carré de la lande de sable est désormais occupé par une tente. Elles avaient disparu au profit des cabanes en dur. Mais les policiers ne laissent plus entrer aucun matériau de construction. La préfecture refuse d'agrandir l'espace alloué malgré l'arrivée de plusieurs milliers de migrants.

Alors on s'entasse, entre les échoppes en planches et les feux de camp. Moussa, un Soudanais de 22 ans qui rêve de rejoindre l'Angleterre, nous ouvre sa tente de deux mètres carrés. "C'est là qu'on vit à trois. C'est vraiment trop petit, trop étroit. Quand il va faire froid, on ne sera pas protégé. Mais qu'est-ce que je peux faire ? C'est mon coin, c'est tout", lance-t-il.

Assis devant un feu de camp, l'homme redoute aussi les pluies d'automne et la boue. Pourtant il continue chaque nuit de tenter le passage vers l'Angleterre en montant sur un camion. Il n'a aucune raison de renoncer.

Beaucoup veulent rester en France

Les journées des migrants se passent en longues files d'attente. Distribution de nourriture, de vêtement, ou de bois de chauffage par les associations, recharge des téléphones : il faut faire la queue pendant des heures. Ce qui provoque parfois des bagarres. Un des seuls loisirs, c'est le football. Abdullah joue presque chaque jour. "Quand je joue au foot, je ne pense qu'à être sur le terrain. Quand j'arrête, je me remets à penser à ma vie. C'est ce que j'ai trouvé pour rester actif, faire de l'exercice", confie-t-il.

À lire aussi

D'autres mettent leur temps à profit pour apprendre le français à l'association l'école du Chemin des Dunes. Les enfants et les adolescents bénéficient, eux, d'une vrai classe, avec un instituteur de l'Éducation nationale, dans le centre en dur Jules-Ferry, où sont également hébergée les femmes. Pourquoi des cours de français si ces migrants veulent aller au Royaume-Uni  ? En réalité, beaucoup désormais veulent rester en France (la moitié selon les associations).

C'est le cas de David, qui a fuit le Darfour en guerre. "Moi je veux vivre en France, pas dans la 'Jungle'. C'est une perte de temps. Si je pouvais aller dans une ville, je pourrais aller à l'école, trouver un petit boulot, faire ma vie. Ce serait mieux que de rester dans un bidonville", martèle-t-il.

La pénurie guette

David attend de pouvoir monter dans un des bus affrétés par l'État qui emmènent les migrants vers des centres d'orientation partout en France. Le système était censé vider la "Jungle". Mais pour Vincent De Coninck, du Secours Catholique, il est totalement sous-dimensionné. "En moyenne, quand un bus part il y a 250 personnes qui, 24 heures à l'avance, dorment sur place et essaient de monter dans le bus. Seuls trente partent", rappelle-t-il.

"Faire disparaître ce camp, ce qui est le souhait de tout le monde, passe nécessairement par l'offre à toutes ces personnes d'un hébergement, comme cela devrait être le cas au regard de la législation", insiste-t-il. En attendant, les migrants vivent de la solidarité. Mais les associations préviennent : les dons ont considérablement chuté depuis l'an passé. Et la pénurie guette, en vêtements et en nourriture, ce qui ajoute en tension.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.