1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Metz : les salariés de la Fnac filmés à leur insu par leur direction
1 min de lecture

Metz : les salariés de la Fnac filmés à leur insu par leur direction

Les employés de la Fnac de Metz se sont aperçus que des caméras de vidéosurveillance de la direction du magasin les filmaient à leur insu depuis six ans. Une plainte a été déposée par les représentants du personnel pour atteinte à la vie privée.

Un magasin de la FNAC (photo d'illustration)
Un magasin de la FNAC (photo d'illustration)
Crédit : Philippe HUGUEN / AFP
Metz : les salariés de la FNAC filmés à leur insu par leur direction
00:57
Metz : les salariés de la FNAC filmés à leur insu par leur direction
00:58
Alice Moreno - édité par Julien Chabrout

Mauvaise surprise pour les salariés de la Fnac de Metz (Moselle). Ils ont en effet découvert qu'ils étaient espionnés depuis des années par des caméras de vidéosurveillance de la direction du magasin qui viennent d'être mises hors d'usage, comme le rapporte Le Républicain Lorrain vendredi 3 mai.

Une plainte a été déposée par les représentants du personnel pour atteinte à la vie privée. "J'ai découvert que cette caméra filmait en continu les entrées et les sorties du local des représentants du personnel", explique Christelle Schaeffer, déléguée CFDT de la FNAC de Metz, auprès de RTL. "Depuis des années on nous avait pourtant dit que cette caméra permettait de s'assurer qu'il n'y avait pas d'intrusions dans les locaux au moment de la fermeture du magasin", précise-t-elle.

Mais la réalité était différente. La déléguée CFDT a en effet "découvert que les caméras filmaient également les entrées et les venues des salariés dans les toilettes". Pour elle, c'est "une perte de dignité". "On entre dans votre vie privée, on épie vos gestes", dénonce-t-elle. Elle ajoute : "Pour moi ce qui s'est passé est très grave". Christelle Schaeffer est déçue : "J'estime qu'il n'y a plus du tout de confiance."

Comme le souligne Le Républicain Lorrain, les dirigeants locaux de la Fnac pouvaient donc surveiller les faits et gestes des salariés pendant six ans, et connaître l'identité de ceux qui sollicitaient les syndicats. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

 

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/