1 min de lecture Menaces

Menaces contre Emmanuel Macron : un notaire d'Ajaccio interrogé

Ce jeudi, la police d'Ajaccio a interrogé un notaire de la ville, qui a publiquement dénoncé la loi Macron.

Emmanuel Macron à Bercy lors d'une conférence de presse, le 29 janvier 2015.
Emmanuel Macron à Bercy lors d'une conférence de presse, le 29 janvier 2015. Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Un notaire d'Ajaccio, qui a publiquement dénoncé la loi Macron réformant sa profession, a été interrogé par la police de la ville ce jeudi 5 février, a indiqué son entourage.

Maître Dominique Bartoli a été convoqué au commissariat d'Ajaccio à la suite de la publication de sa photo dans un article de l'hebdomadaire Marianne intitulé Notaires : gare aux balles perdues....

Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron avait indiqué lundi à l'Assemblée avoir fait l'objet de "menaces de mort" de la part de notaires, après la présentation de son projet de loi fixant de nouvelles règles d'installation de ces officiers ministériels.

L'article de Marianne est illustré d'une photo humoristique de Maître Bartoli en cravate portant un panonceau mentionnant : "À vendre. Notaire furibard, 40 ans. Itinérant, connaît tous les chemins de son pays. Permis de chasse pour plumes, battues, Macrons, R. Ferrand. Plasticages possibles".

À lire aussi
Un homme portant des menottes (illustration) faits divers
Coronavirus aux États-Unis : un homme arrêté pour avoir toussé sur une vendeuse

La photo est estampillée "Association pour la sauvegarde et la promotion du notariat - Les Furibards", du nom de l'association enregistrée en Bretagne pour la défense de la profession.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Menaces Loi Macron Ajaccio
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants