2 min de lecture Mediator

Mediator : "On est dans le combat pour longtemps", assure Irène Frachon

INVITÉE RTL - La pneumologue au CHU de Brest, qui avait lancé l'alerte sur le Mediator, évoque un "immense soulagement" après la décision des juges de renvoyer devant le tribunal correctionnel les laboratoires Servier.

Christophe Pacaud L'invité du Grand Soir Christophe Pacaud
>
Mediator : "On est encore dans le combat pour longtemps", assure Irène Frachon Crédit Image : AFP | Crédit Média : Christophe Pacaud,Agnès Bonfillon | Durée : | Date : La page de l'émission
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Après six années d'âpre bataille judiciaire, la perspective d'un grand procès du Mediator se concrétise. Les juges ont renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris les laboratoires Servier et l'Agence du médicament dans l'affaire de cet anti-diabétique tenu pour responsable de centaines de morts. "C'est un immense soulagement. Cela fait sept ans que l'on se bat, trois ans que Servier asphyxie la justice par des recours incessants pour qu'un maximum de victimes meurent avant qu'il y ait une justice. C'est aussi simple que cela", déplore Irène Frachon, célèbre pneumologue française, à l'origine de l'alerte sur le scandale du Mediator.

Cependant, pas question de parler d'une victoire à ce stade de l'affaire. "On est dans le combat, et on est encore dans le combat pendant longtemps. Je n'espère pas un premier procès pénal parce qu'évidemment Servier fera appel et évidemment Servier ira en cassation", assure Irène Frachon.

Mais cette première satisfaction est jugée comme "fondamentale pour les victimes", qui selon la spécialiste, "ne peuvent pas vivre comme toute personne victime d'un crime dans un état de non-droit et dans un état où il y a un véritable déni de justice". Mais l'espoir a repris le dessus alors qu'Irène Frachon attend dorénavant "une justice implacable". Elle évoque dès lors "un récit effarant d'un crime industriel minutieusement organisé, délibéré, constant par le laboratoire Servier avec des complicités, un réseau d'influence et une corruption du monde médical".

14 personnes physiques seront jugées

Le groupe pharmaceutique répondra de "tromperie aggravée, escroquerie, blessures et homicides involontaires et trafic d'influence", selon une source judiciaire. Au terme de leur ordonnance, les juges d'instruction ont également renvoyé devant le tribunal, pour "blessures et homicides involontaires", l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), qui n'a pas souhaité réagir. Au total, onze personnes morales et quatorze personnes physiques seront jugées.

À lire aussi
2011 aura été marquée par le feuilleton Médiator, un médicament destiné aux diabétiques en surpoids mais  aussi prescrit comme coupe-faim. Il est soupçonné d’avoir fait pas moins de 500 morts en France suite à des problèmes cardiaques, selon l'Afssaps procès
Scandale du Mediator : pourquoi ce procès est-il hors norme ?

Prescrit pendant plus de 30 ans à cinq millions de personnes en France, cet anti-diabétique était largement utilisé comme coupe-faim. Le Mediator avait été retiré du marché en novembre 2009, deux ans après les révélations du Dr Irène Frachon, à l'origine de la médiatisation de l'affaire. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mediator
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants