1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Manifeste des 130 médecins : "Un ras-le-bol des équipes médicales contre la mauvaise médecine", déclare René Frydman
3 min de lecture

Manifeste des 130 médecins : "Un ras-le-bol des équipes médicales contre la mauvaise médecine", déclare René Frydman

REPLAY / INVITÉ RTL - Ce gynécologue, qui est à l'origine de l'appel des 130 médecins, dénonce des incohérences et plaide pour la PMA pour toutes les femmes.

Pr René Frydman, chef de gynécologie-obstétrique-reproduction de l'hôpital Antoine Béclère
Pr René Frydman, chef de gynécologie-obstétrique-reproduction de l'hôpital Antoine Béclère
Crédit : DR
Manifeste des 130 médecins : "Un ras-le-bol des équipes médicales contre la mauvaise médecine", déclare René Frydman
00:06:37
Yves Calvi & Ana Boyrie

Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde jeudi 17 mars, 130 professionnels de santé, réunis par René Frydman, ont reconnu avoir aidé des couples homosexuels à devenir parents, enfreignant ainsi la loi. Au sein de ce manifeste, ces biologistes et gynécologues dénoncent des "incohérences" de la politique d'aide à la procréation en France. Les signataires réclament entre autres l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, jusqu'ici réservée aux couples hétérosexuels infertiles.

Pour René Frydman, cette tribune pointe des "points fondamentaux" : il y a notamment "un ras-le-bol des équipes médicales de faire de la mauvaise médecine". Le gynécologue rappelle qu'autrefois, lorsqu'une femme subissait une contrainte, soit la stimulation de l'ovulation et le prélèvement ovocytaire, il était difficile de savoir si les embrayons avaient la capacité de s'implanter. 

Mais les choses ont changé, car "aujourd'hui, on peut le savoir, affirme-t-il. Or, 60% des embrayons que l'on remet, n'ont pas d'évolution". Le médecin montre du doigt "des échecs, des complications ainsi que des drames émotionnels (en parlant de fausses couches) qui se répètent. Le ponte de la fécondation in-vitro prend un exemple inquiétant : "Une jeune femme de 35 ans a subi quatre échecs, raconte-t-il, sur 11 embrayons qu'elle avait, 10 étaient anormaux". Un fait qui n'est plus acceptable. 

Une médecine qui est devenue un marché

René Frydman considèrent que "les médecins qui ont signé sont devenus des plaques tournantes, qui renflouent un certain nombre d'équipes qui sont certes médicales, mais aussi en accès sur le marché". Aujourd'hui, les médecins envoient des femmes à leurs collègues anglais, belges ou encore espagnols dans le cadre de dons d'ovocytes, de l’auto-conservation ovocytaire pour les jeunes femmes et dans le cadre de celles qui pourraient bénéficier d'une connaissance scientifique supplémentaire. Il est évident, selon le gynécologue, qu'aujourd'hui "on ne fait plus de médecine".

Un appel pour mettre en place un plan de lutte contre l'infertilité

À lire aussi

Concernant ce manifeste, René Frydman n'exclut pas les poursuites judiciaires, voire la radiation. "Tout est possible", confie-t-il. Mais une chose est sûre : ces professionnels de santé ont touché "un point sensible", constatant le mouvement médical ainsi que celui des patientes. À la suite de ces "incohérences" signalées dans le manifeste, "la raison voudrait que l'on se mette autour de la table pour faire ce fameux plan de lutte contre l'infertilité", estime le gynécologue.

Pourquoi les hommes peuvent congeler leur sperme et les femmes ne peuvent pas congeler leurs ovules ?

Rrené Frydman, gynécologue

Ce dernier met en avant l'ouverture de la PMA aux "femmes seules", une "priorité", explique-t-il. Les incohérences se multiplient lorsque le médecin informe que des patientes sont envoyées à l'étranger pour faire des dons d'ovocytes (illégal en France), alors que la Sécurité sociale française va rembourser ces mêmes couples dans le cadre européen. Une autre question se pose : "Pourquoi les hommes peuvent congeler leur sperme et les femmes ne peuvent pas congeler leurs ovules ?".

Une prévention insuffisante pour l'infertilité

René Frydman alerte sur le taux d'infertilité et constate une faible prévention. "On peut prévenir, mais on ne le fait pas assez", dénonce-t-il. Il tient également à rassurer, estimant que "plaider pour la PMA à toutes les femmes n'ouvre pas la porte à la gestation pour autrui". Deux lignes éthiques signées dans le manifeste le prouvent : les médecins "s'opposent à la commercialisation de toute ou une partie du corps humain et refusent l'aliénation ou l'utilisation d'une autre personne, à son propre profit", explique le gynécologue. 

Depuis la publication de cette tribune dans le quotidien français, René Frydman espère qu'un rendez-vous avec la ministre de la Santé, Marisol Touraine va se "concrétiser". Néanmoins, le gynécologue se dit "déçu", car ces revendications étaient l'une des nombreuses promesses du candidat François Hollande en 2012.  

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription ser