2 min de lecture Diaporama

Manifestation pour Gaza interdite à Paris : des heurts limités à la fin du rassemblement

EN IMAGES - Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblés place de la République à Paris malgré l'interdiction du rassemblement en soutien à Gaza. Un rassemblement émaillé par quelques incidents.

Des manifestants pro-palestiniens place de la République à Paris, le 26 juillet 2014.
8 >
Des manifestants pro-palestiniens place de la République à Paris, le 26 juillet 2014.
Des manifestants propalestiniens à Paris, le 26 juillet 2014. Crédits : KENZO TRIBOUILLARD / AFP |
Des heurts ont opposé des propalestiniens aux forces de l'ordre en marge du rassemblement en soutien à Gaza interdit place de la République à Paris, samedi 26 juillet 2014 Crédits : AFP |
Des manifestants transportent un blessé, place de la République samedi 26 juillet 2014. Crédits : KENZO TRIBOUILLARD / AFP |
Des manifestants ont brûlé un drapeau israélien, du haut de la statue de la République, 26 juillet 2014.
Un abribus été détruit pas des casseurs, place de la République à Paris le 26 juillet 2014. Crédits : KENZO TRIBOUILLARD / AFP |
Un important dispositif policier était déployé place de République. Crédits : KENZO TRIBOUILLARD / AFP |
Le service d'ordre des organisateurs de la manifestation a visiblement été dépassé.
1/1
Héloïse Leussier
Héloïse Leussier
et AFP

En dépit de l’interdiction, entre 4.000 personnes, selon le le ministère de l'Intérieur, et 10.000 personnes, selon un organisateur, se sont rassemblées samedi 26 juillet place de la République à Paris, à 15 heures pour manifester leur solidarité avec le peuple palestinien.

Soixante-dix personnes ont été interpellées, dont trente placées en garde à vue, en marge du rassemblement, a indiqué la police.  Douze blessés légers ont été comptabilisés parmi les CRS et gendarmes mobiles. 

Jets de projectiles en direction des forces de l'ordre

D'abord calme, la manifestation a ensuite donné lieu à des incidents lorsque des petits groupes ont commencé à lancer des projectiles sur les forces de l'ordre, déployées en masse aux abords de la place. 

Les gendarmes mobiles et CRS ont riposté en faisant usage de gaz lacrymogènes, tandis que les parois en verre d'un abribus volaient en éclats, des pierres étaient lancées sur des magasins, qui avaient baissé le rideau, et une poubelle était détruite. 

À lire aussi
conflit israélo-palestinien
Conflit israélo-palestinien : un tir de roquette vers Israël engendre des frappes aériennes sur Gaza

Des journalistes ont été pris à partie, dont une équipe d'iTélé qui a eu sa caméra jetée à terre, selon la chaîne. 

Un drapeau israélien brûlé

"Israël hors de Palestine, il est fini le temps des colonies", "Israël assassin, Hollande complice", "Israël, casse-toi, la Palestine n'est pas à toi", "Nous sommes tous des Palestiniens," scandaient notamment les manifestants au début du rassemblement.

En début d’après-midi, des manifestants ont brûlé un drapeau israélien du haut de la statue de la République, sous des applaudissements, rapporte notamment un journaliste de Libération sur Twitter.

Alors que le gros des incidents était passé, une trentaine de fidèles musulmans se sont prosternés pour participer à une prière improvisée par un religieux sur la place.  

Un peu avant 19 heures, la tension était retombée, la place s’étant peu à peu vidée. Un centaine de manifestants restaient sur place, entourées par les forces de l’ordre, selon un journaliste de Libération.

Un rassemblement au théâtre de Dieudonné

Dans le même temps, les fans de Dieudonné étaient au théâtre de la Main d’Or pour assister à une conférence du polémiste sur la Palestine. Le député belge d'extrême droite Laurent Louis, controversé pour ses déclarations contre les Roms, les Juifs, les médias ou les francs-maçons, devait être à ses côtés.

Selon une journaliste de Francetv info sur Twitter, des participants prévoyaient ensuite de rejoindre la manifestation.

Important dispositif de sécurité

Après les débordements qui ont émaillé les derniers rassemblement à Paris et à Sarcelles le week-end dernier, un important dispositif de sécurité a été déployé par les forces de l'ordre. 20 unités de CRS ont été mobilisés, soit près de 2.000 hommes, avec contrôles d'identité et fouilles à la clé.

Selon des sources policières, les forces de l'ordre ont reçu des "consignes de fermeté" pour intervenir "très rapidement et interpeller" en cas de non-respect de l'interdiction de manifester ou de "slogans ou manifestations antisémites".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diaporama Proche-Orient Manifestations
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants