2 min de lecture Policiers

Magnanville : le premier témoin arrivé sur le lieu du drame livre un récit glaçant

Larossi Abballa a sauvagement tué un policier, son épouse et a ensuite pris en otage leur enfant de trois ans, à Magnanville dans les Yvelines.

Larossi Abballa, sur une photo tirée de son profil Facebook
Larossi Abballa, sur une photo tirée de son profil Facebook Crédit : AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Il a été le premier à arriver dans la maison du couple de fonctionnaires de police à Magnanville, dans les Yvelines. Zacharia a prodigué les premiers soins à Jean-Baptiste Salvaing, tué par Larossi Abballa. "Une femme est arrivée en courant, signalant qu'une agression venait de se produire non loin de là", rapporte BFMTV dans un document exclusif.

Le jeune homme se trouvait en face du lieu du drame, dans un complexe sportif. "Ce lundi soir, je m'entraînais dans le complexe sportif de Magnanville. Une femme nous a interpellés en disant qu'un homme s'était fait sauvagement poignardé", raconte-t-il. Il décide donc de se rendre sur place et d'escalader "un portail de trois mètres (…) Le policier était allongé dans la rue. Tout de suite, on a porté les premiers secours. On a essayé de faire un massage cardiaque, des points de compression, il avait le pouls très faible. C'est à ce moment-là qu'on a crié : 'Réveillez-vous ! Réveillez-vous'".

Je l'ai vu droit dans les yeux

Zacharia à propos de Larossi Abballa
Partager la citation

Zacharia se retrouve face au tueur et raconte avoir vu "le Velux s'ouvrir" et le terroriste leur a dit : "Je représente Daesh, vous avez attaqué chez nous. On va attaquer chez vous. J'ai un otage, je suis armé". Malgré ces propos, le jeune homme continue de tout tenter pour sauver le policier : "J'ai pris peur, mais on a continué le massage cardiaque. J'ai regardé s'il n'avait pas une arme, un pistolet ou une Kalachnikov à la main. Il avait juste une lacrymo et une matraque. Je l'ai vu droit dans les yeux".
 
Larossi Abballa pense avoir déjà face à lui les forces de l'ordre "et finalement, on était que tous les trois. C'est moi qu'il a regardé en face, j'ai bien vu le terroriste. Il a refermé le Velux, on a continué à faire les premiers gestes de secours", raconte le témoin. Les secours finiront par arriver et déplaceront le corps de la victime "parce qu'on était vraiment en ligne de mire du terroriste". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Policiers Daesh Attentats
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants