1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Magnanville : Daesh aurait censuré une partie de la vidéo de revendication d'Abballa
2 min de lecture

Magnanville : Daesh aurait censuré une partie de la vidéo de revendication d'Abballa

Le terroriste présumé avait revendiqué son double meurtre dans une vidéo sur Facebook, ensuite reprise par le groupe jihadiste.

Larossi Abballa, sur le Facebook Live de revendication du double meurtre de Magnanville
Larossi Abballa, sur le Facebook Live de revendication du double meurtre de Magnanville
Crédit : Capture d'écran
Marie-Pierre Haddad

Larossi Abballa a sauvagement tué les deux policiers Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider à Magnanville, dans les Yvelines, et pris en otage leur enfant âgé de trois ans. Le tueur a posté une vidéo sur Facebook Live depuis l'ordinateur des victimes qui dure 13 minutes et 16 secondes. Il prête allégeance à Daesh et dresse la liste de journalistes, musiciens et autres personnalités menacés par le jihad. La vidéo va ensuite être reprise et diffusée par Amaq, "l'agence de presse" de Daesh. Cette dernière ne diffusera que 11 minutes et 43 secondes de la vidéo. 90 secondes d'enregistrement ont disparu.

L'Express a pu visionner le passage manquant et révèle que ces séquences sont "moins à l'avantage d'Abballa". À la fin de la vidéo, le terroriste présumé appellent d'autres jihadistes à "'invoquer Allah' pour qu'il accède au statut de martyr. Dans la partie tronquée, il semblerait avoir un moment d'hésitation. Il se gratterait la joue, exprimerait une sorte de soupir et lancerait ces quelques mots sibyllins : 'J'avoue, j'ai pas envie de… hum'", rapporte l'hebdomadaire.

Abballa a l'air de paniquer intérieurement

Une source policière contactée par "L'Express"

Ce qui semblerait être un moment de doute ne durerait que quelques instants, même pas assez pour que le jihadiste termine sa phrase. Ensuite, il affirme être prêt à faire face à l'assaut de la police. Selon une source policière citée par L'Express, "Abballa a l'air de paniquer intérieurement. Il déglutit beaucoup, a du mal à s'arrêter de parler (…) Il sait que ce sont ses derniers gestes sur Terre alors il essaye de gagner du temps". Mais pour le spécialiste David Thomson, également contacté par le journal, "on comprend surtout qu'il a fini de lire son discours, qu'il cherche ses mots, qu'il n'a plus rien à dire".

Le reste du passage coupé concernerait le sort de l'enfant du couple tué. "Derrière moi, il y a le petit. Je ne sais pas encore ce que je vais faire de lui", déclare-t-il. Dans la dernière partie, il fait référence à la phrase de François Hollande prononcée en novembre 2015 : "La France sera impitoyable avec les barbares de Daesh" . Il lui répond : "J'ai été impitoyable avec ce policier et sa femme (…) Et dis-toi, j'ai encore son petit".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/