1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Lyon : un client UberPop frappé par des chauffeurs de taxi
1 min de lecture

Lyon : un client UberPop frappé par des chauffeurs de taxi

L'homme de 27 ans s'est fait agresser dans la nuit de samedi 20 au dimanche 21 juin, rapporte "20 Minutes". Il souffre d'une fracture au nez.

Une manifestation de taxis contre Uber (illustration)
Une manifestation de taxis contre Uber (illustration)
Crédit : AFP
Valentin Chatelier

Bilan de la course : un nez fracturé et 21 jours d'ITT. Alexandre, 27 ans, a été agressé par des chauffeurs de taxi durant le week-end du 20-21 juin, rapporte 20 Minutes. Il lui a été reproché d'avoir fait appel à un conducteur UberPOP, au détriment d'un taxi.

Toujours selon 20 Minutes, Alexandre a été agressé vers 2h30 du matin dimanche 21 juin, dans le quartier de la Confluence, à Lyon. Un taxi aurait refusé de le conduire car il était "en grève", le jeune homme se serait alors rabattu sur un conducteur UberPOP. Selon la police lyonnaise, "il a été frappé au visage à coups de poings par des chauffeurs de taxi".

Partagez ce post avec vos proches, pour qu'une telle violence gratuite ne se reproduise pas

Alexandre Berlin

"J'ai le nez et le sinus maxillaire fracturés, je risque une paralysie de la partie gauche de mon visage", a résumé le jeune homme sur son profil Facebook. Un texte et une photo montrant ses blessures ont déjà partagés plus de 1.700 fois mardi 23 juin seulement 12 heures après la publication. Son statut dénonce cette violence. "Partagez ce post avec vos proches, pour qu'une telle violence gratuite ne se reproduise pas", a-t-il écrit.

Des tensions de plus en plus présentes en France dans ce milieu. Les taxis jugent en effet déloyale la nouvelle concurrence des VTC (voiture de transport avec chauffeur) et du service UberPOP. Ce dernier a de nombreux litiges avec les tribunaux, et a été interdit dans de nombreuses villes. Mais l'application est toujours ouverte au téléchargement et de plus en plus de clients l'utilisent. Uber a même annoncé son implantation à Strasbourg, Nantes et Marseille début juin. Les tensions ne sont donc pas prêtes de s'apaiser.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/