1 min de lecture Lilian Thuram

"Lorsque j’étais enfant, j’étais homophobe", confie Lilian Thuram, parrain des Gay Games

Dans un entretien accordé au "Parisien", le parrain des Gay Games explique pourquoi il était homophobe lorsqu'il était enfant et comment il a changé.

Lilian Thuram le 4 avril 2018 à Paris
Lilian Thuram le 4 avril 2018 à Paris Crédit : AFP / Christophe SIMON
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Depuis qu'il a mis un terme à sa carrière de footballeur, Lilian Thuram met sa célébrité au profit de la lutte contre toutes les formes de discrimination, notamment à travers sa fondation Éducation contre le racisme. Cette année le champion du monde 98 est l'un des parrains de la 10e édition des Gay Games à Paris. Cet événement sportif et culturel vise à déconstruire les stéréotypes et lutter contre la haine envers les personnes LGBT+.

Dans un entretien accordé au Parisien et publié le 3 août, l'ancien international explique que s'il lutte aujourd'hui pour la tolérance et contre l'homophobie, cela n'a pas toujours été le cas. "Lorsque j’étais enfant, j’étais homophobe… Parce que j’ai grandi en Guadeloupe, puis dans la région parisienne dans des environnements où il existait des discours homophobes. J’ai dû m’éduquer à comprendre que cela n’avait aucun sens", confie-t-il au quotidien.

"Il y a un conditionnement religieux très important. Quand je demande aux enfants : 'pourquoi rejette-t-on l'homosexualité ?', ils me disent que 'ce n'est pas bien'. Et qui a dit que ce n'était pas bien ? : 'C'est la religion qui refuse !' Et ça concerne toutes les religions", explique Lilian Thuram.

L'homophobie n'est pas quelque chose de naturel

Lilian Thuram
Partager la citation

Sa prise de conscience, Lilian Thuram l'a eue en "réfléchissant au racisme lié à la couleur de peau". Et de préciser : "Le mécanisme est exactement le même. Il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui encore les personnes de couleur noire ne sont pas sur le même plan d’égalité que les personnes de couleur blanche. De la même façon, les femmes continuent de subir la domination des hommes. Voilà pourquoi il faut réfléchir différemment". 

À lire aussi
Lilian Thuram, invité de RTL, le 20 janvier 2015 Lilian Thuram
Lilian Thuram : "Certains jeunes ne se sentent pas Français"

Il affirme également que l'homophobie "n'est pas quelque chose de naturel" et qu'il est possible de ne plus l'être. "C’est culturel. La plupart des personnes ne savent même pas pourquoi l’homophobie existe."

Les Gay Games ont lieu à Paris du 4 au 12 août à Paris, six ans avant les Jeux Olympiques qui se tiendront en 2024.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Lilian Thuram Homophobie LGBT
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants