1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les grands distributeurs "mettent une pression terrible", dénonce la FNSEA
2 min de lecture

Les grands distributeurs "mettent une pression terrible", dénonce la FNSEA

INVITÉE RTL - Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, revient sur les chiffres de la MSA, selon lesquels 20% des exploitations sont dans le rouge.

Un agriculteur fauche les blés près de Tours (Illustration)
Un agriculteur fauche les blés près de Tours (Illustration)
Crédit : AFP / Guillaume Souvant
Les grands distributeurs "mettent une pression terrible", dénonce la FNSEA
04:37
Agriculture : "La Ferme France a perdu 5 milliards d'euros de production"
04:31
Ludovic Galtier & Yves Calvi

Trois agriculteurs sur dix ont gagné moins de 350 euros par mois en 2016, 20%, soit cinq points de plus qu'en 2015, perçoivent un revenu négatif malgré la baisse des charges mise en place sous le quinquennat Hollande. Ces statistiques, dévoilées par la Mutuelle sociale agricole, révèle "une situation compliquée" auxquelles viennent s'ajouter les crises économique, climatique et sanitaire, explique Christiane Lambert, présidente de la Fédération nationale des syndicats exploitants agricoles (FNSEA). "Tout ça cumulé fait que la Ferme France a perdu 5 millions d'euros de production en 2016."

Autre explication avancée par la FNSEA : la guerre des prix très forte dans le secteur de la distribution. Les États généraux de l'Alimentation, convoqués à la demande du gouvernement jusqu'à la fin du mois de novembre, ont proposé la mise en place d'un "prix minimum de vente des produits pour permettre aux agriculteurs de survivre et de rentrer dans leurs frais."

Dans leur majorité, les acteurs du secteur, la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles en tête, se retrouvent dans cette piste. Michel-Édouard Leclerc, lui, s'y oppose. Selon le distributeur, "une hausse de 5% à 15%" des prix est à prévoir pour les consommateurs.

Sur 100 euros dépensés par le consommateur, seuls 6,20 euros reviennent à l'agriculteur

Christiane Lambert, présidente de la Fédération nationale des Syndicats d'exploitants agricoles

Christiane Lambert, qui manifestera mercredi 11 octobre avec ses homologues place de la République, répond à l'argument du distributeur : "En France, nous sommes les spécialistes de la destruction de valeur. Les grands distributeurs se sont regroupés en 2014 : il en reste quatre. C'est un entonnoir redoutable pour les 11.000 industries agroalimentaires d'aller se confronter à quatre distributeurs, qui mettent une pression terrible pour acheter le plus bas possible parce que l'un d'entre eux mène la danse en disant "Je suis quiestlemoinscher.com."

À lire aussi

Et de conclure : "Ça ne peut pas durer : sur 100 euros dépensés pour se nourrir, seulement 6,20 euros reviennent à l'agriculteur. Ça n'a jamais été aussi bas. Cette braderie permanente est problématique."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/