1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les femmes appelées à cesser le travail ce 7 novembre à 16h34
2 min de lecture

Les femmes appelées à cesser le travail ce 7 novembre à 16h34

INVITÉE RTL - Rebecca Amsellem est fondatrice des "Glorieuses", le mouvement féministe à l'initiative de cet appel à cesser le travail pour protester contre l'inégalité salariale entre hommes et femmes.

Il faudra attendre 2186 pour atteindre l'égalité hommes-femmes au travail. (Illustration)
Il faudra attendre 2186 pour atteindre l'égalité hommes-femmes au travail. (Illustration)
Crédit : AFP / MARTIN BUREAU
Les femmes appelées à cesser le travail ce 7 novembre à 16h34
05:23
Yves Calvi & Philippe Peyre

Ce lundi 7 novembre à 16h34, les femmes salariées sont appelées à poser leurs stylos, éteindre leur ordinateur et cesser de travailler. Car, selon une étude, les femmes françaises gagnent en moyenne 15,5% de moins que les hommes. Face à ce constat, le mouvement féministe Les Glorieuses a donc calculé qu'à partir du 7 novembre 16h34, et jusqu'à la fin de l'année, les femmes travaillent donc "bénévolement". "Ce n'est pas un appel à la grève. Nous sommes une newsletter qui a pour ambition de donner un sentiment de puissance aux femmes. Nous ne sommes pas un syndicat ni une organisation politique, nous n'avons pas à faire d'appel à la grève", précise Rebecca Amsellem, fondatrice du mouvement Les Glorieuses.

L'idée du mouvement est de susciter une prise de conscience générale autour de l'inégalité salariale : "On s’est inspiré de ce qu'on fait les islandaises qui sont partis du travail le 24 octobre à 14h38 pour dénoncer l'inégalité des salaires avec les hommes. On ne propose pas aux femmes de partir du travail mais de montrer leur solidarité à ce mouvement", indique Rebecca Amsellem, qui ajoute que les hommes peuvent aussi se montrer solidaires.

On ne fait que rattraper cette inégalité

Rebecca Amsellem, fondatrice du mouvement féministe Les Glorieuses

Pour expliquer cet écart de salaire observé entre les hommes et les femmes, la fondatrice des Glorieuses y voit plusieurs explications mais particulièrement la conséquence d'une réalité historique : "Quand les femmes sont arrivées en masse sur le marché du travail au début du XXème siècle, elles étaient payées, pour un même travail, la moitié voir le tiers du salaire d'un homme. On ne fait que rattraper cette inégalité", déplore Rebecca Amsellem. "Ravie" que cet appel ait bénéficié d'un écho important, elle espère bien que les droits des femmes seront une des thématiques de la campagne présidentielle : "En tout cas, on va essayer de faire en sorte que ça le devienne", a-t-elle assuré. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/