2 min de lecture SNCF

Les erreurs de la SNCF épinglées dans un rapport

REPLAY - Selon un rapport d'experts du BEA, il est urgent que la SNCF révise son mode de fonctionnement concernant la maintenance notamment, si elle veut assurer la sécurité de ses voyageurs.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
REVUE DE PRESSE 09/02/2016 Crédit Image : AFP | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
et La rédaction numérique de RTL

C'est un rapport d'experts mis en ligne discrètement il y a quelques jours par le BEA, le bureau d'enquête et d'analyse, un rapport sur les problèmes de sécurité à la SNCF, commandé après une série d'incidents survenus après la catastrophe de Brétigny-sur-Orge. Des incidents passés inaperçus parce qu'ils n'ont pas fait de victimes, mais qui n'en sont pas moins très préoccupants, selon Les Échos daté du 9 février. 

Le 28 janvier 2015, vous ne le savez pas, mais un TGV a déraillé gare de Lyon. Il circulait à vide. Le rapport explique que c'est une opération de maintenance mal exécutée deux heures plus tôt par deux agents inexpérimentés qui a provoqué le déraillement. Quelques mois plus tôt, un RER A lancé à 80 km/h se retrouve dévié sur une voie de service à Saint-Germain-en-Laye. Erreur de câblage lors d'une intervention sur le circuit de contrôle, erreur qui a entraîné l'inversion de l'aiguillage. Vous en voulez un autre ? Février 2015, freinage d'urgence d'un TER pour éviter de rentrer dans un TGV à l'arrêt devant lui à Possonière, dans le Maine-et-Loire. L'agent qui venait d'intervenir sur les voies avait confondu deux bornes électriques.

Ces erreurs humaines sont directement dues à des problèmes d'organisation dans la maintenance dans un contexte de forte tension sur les effectifs, écrivent aussi les experts. De nombreux agents ont été détachés sur de gros chantiers comme la construction de lignes à grande vitesse, ce à quoi s'ajoutent les départs d'agents expérimentés, et des manuels de maintenance pas toujours clairs. Conclusion des Échos : au-delà des différents plans lancés  pour tirer les conséquences de Brétigny, c'est à un véritable changement de système et d'état d'esprit que doit s'atteler la SNCF. 

Au gouvernement, le changement c'est pour bientôt

Le remaniement, tout le monde y pense, mais personne ne dit rien, du moins officiellement. Le Parisien croit savoir que Martine Aubry se met sur les rails. Elle a en tout cas fait savoir discrètement à François Hollande qu'elle serait intéressée par le ministère des Affaires étrangères. C'est totalement farfelu répond un de ses très proches collaborateurs joint mardi matin par RTL. En fait ce qu'il faut lire à propos de ce remaniement, c'est plutôt la page d'à côté dans Le Parisien, sur l'intrigant monsieur Valls. Nathalie Schuck raconte comment un petit club de hollandais historiques fait pression en ce moment sur le président pour qu'il congédie Manuel Valls. Une fronde aussi discrète qu'inédite, des "vieux de la vieille", qui accusent Manuel Valls de travailler à la perte du chef de l'État, en le poussant au divorce avec la gauche pour l'isoler. Valls se retrouve accusé d'avoir fait craquer Christiane Taubira, d'avoir poussé Hollande à tenir bon sur la déchéance de nationalité, d'avoir saboté son plan chômage en lançant une polémique sur la laïcité le même jour. "Sous le masque de la loyauté, il organise la défaite de François", dit un intime. Et dire que c'est une journée pour agir contre les théories du complot...

La rédaction vous recommande
Lire la suite
SNCF Brétigny-sur-Orge Sécurité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants