3 min de lecture Société

Le "Frugalisme", ou ces Français qui choisissent la retraite à 40 ans

De plus en plus de Français choisissent de changer de philosophie de vie, pour privilégier le bien-être à la performance, quitte à gagner moins tant qu'ils vivent mieux.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
Le "Frugalisme", ou ces français qui choisissent la retraite à 40 ans Crédit Image : LUDOVIC MARIN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Begot

Ce matin, nous vous proposons d’arrêter de bosser à 40 ans. Ça peut paraître surprenant à une époque où l'on parle régulièrement de repousser l'âge de départ en retraite et pourtant le phénomène est bien réel. Il a même un nom, nous dit ce matin Le Figaro, c'est le "frugalisme". Tout droit venu des États-Unis, ce mode de vie séduit de plus en plus de jeunes actifs qui décident de travailler moins pour vivre mieux, quitte à gagner moins

Éric par exemple, l'an dernier, à l'aube de la redoutée crise de la quarantaine, a décidé de tout plaqué, ras-le-bol de son métier de courtier, du gris des buildings de La Défense et du café trop serré de la machine. 

Il a pris, avec son épouse sa retraite anticipée. "Nous avions un fils, de nouvelles priorités des envies différentes", expliquent-ils. Alors de quoi vivent-ils me direz vous ? Et bien de leurs économies, de leurs placements en bourse

À lire aussi
Sept énormes peluches installées à une terrasse du XIIIe arrondissement de Paris insolite
Paris : pourquoi des nounours ont envahi les rues du XIIIe arrondissement

"Très symptomatique de l'évolution de notre société"

"J'ai eu la chance, raconte Éric, de bien gagner ma vie en tant que trader, ce qui m'a permis de mettre suffisamment d'argent de côté pour le réinvestir ensuite". Car oui, le frugalisme n'est pas à la portée de tous, comme le souligne Fanny Parisse, anthropologue et spécialiste des modes de consommation

"Ce mouvement, précise-t-elle, touche en premier lieu les classes moyennes, voire même les classes supérieures. Il est toutefois, dit-elle, très symptomatique de l'évolution de notre société. L'idéologie du culte de la performance comme réussite sociale est en train de disparaître".

François de Rugy, "le peu rugissant"

Le Figaro qui comme la plupart de vos journaux revient ce matin sur le remaniement de mardi 4 septembre. Et le moins qu'on puisse dire c'est que le choix de Francois De Rugy ne fait pas l'unanimité. Loin de là même. Dans Libération, le nouveau ministre de l'Écologie est rebaptisé "Rugy le peu rugissant". "Avec lui, poursuit Cécile Cornudet dans Les Échos, Macron a choisi le plus terne successeur possible à Nicolas Hulot".

"Tout ça pour ça ?", s'interroge Jean Michel Servant du Midi libre. "Pour lui ce remaniement vire à un petit arrangement entre amis. Une manœuvre politique destinée à libérer le perchoir de l’Assemblée pour le dévoué Richard Ferrand". 

"Avec lui, conclut-il, Macron peut dormir sur ses deux oreilles. Son nouveau ministre est un peu comme la souris verte, qui même trempée dans l'huile, ne deviendra jamais un Hulot tout chaud". L'image a le mérite d’être explicite.

Maracineanu, de Bucarest au gouvernement

L'Équipe de son côté dresse ce matin le portrait de la nouvelle ministre des Sports, Roxana Maracineanu. Première française championne du monde de natation, elle parle cinq langues : le français, le roumain, l'allemand, l'espagnol et l'anglais. Elle est diplômée de la prestigieuse école de commerce ESCP. Histoire d'une gamine née en 1975 à Bucarest, qui avec sa famille a fui le régime de Ceausescu et qui se retrouve 43 ans plus tard ministre de la République.

Sacré symbole pour elle qui n'a jamais voulu choisir. Elle le répète dit L'Équipe à l'envie, elle est entièrement roumaine et entièrement française. Au Parisien-Aujourd'hui-en-France elle confiait d'ailleurs ceci : "Pour moi la France est un pays d'accueil. C'est l'image qu'avaient me parents, ils sont venus pour ça". "Ceux qui viennent à présent n'ont pas notre chance. La France, concluait-elle, pourrait être beaucoup plus accueillante, plus cool".

Voilà un point sur lequel certains, au sein de gouvernement risquent de tiquer. Ce qui est sûr en revanche, c'est que Roxana Maracineanu peut dire merci au Parisien justement. Le journal raconte en effet ce matin que c'est en découvrant son coup de gueule, après une série de noyades, qu'Édouard Philippe la contacte. C’était début juillet. Le Premier ministre lui confie une mission sur l'apprentissage de la natation. C'est lui qui, le week-end dernier, a proposé son nom au président. 

Jeff Bezos encore plus riche

Enfin le chiffre du jour, il est à lire ce matin dans Les Échos : 67 milliards. Voilà ce qu'a déjà gagné Jeff Bezos, le fondateur d'Amazon depuis le début de l'année. 8 millions de dollars par heure. C'est 10 fois la totalité des bénéfices dégagés par le géant du commerce en ligne depuis son introduction en bourse en 1997. 

Et il n'est sans doute pas prêt de s’arrêter là. La firme a en effet atteint hier la barre des 1.000 milliards de dollars de capitalisation financière. À 54 ans Bezos n'est, c'est sûr, pas un adepte du "frugalisme". Pas encore en tout cas.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Changement de vie Bien-être
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794664830
Le "Frugalisme", ou ces Français qui choisissent la retraite à 40 ans
Le "Frugalisme", ou ces Français qui choisissent la retraite à 40 ans
De plus en plus de Français choisissent de changer de philosophie de vie, pour privilégier le bien-être à la performance, quitte à gagner moins tant qu'ils vivent mieux.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/le-frugalisme-ou-ces-francais-qui-choisissent-la-retraite-a-40-ans-7794664830
2018-09-05 10:57:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/riJBgz_ZAQZI4-fh3SqniA/330v220-2/online/image/2018/0830/7794590412_le-parvis-de-la-defense-a-courbevoie-illustration.jpg