2 min de lecture Société

"Le bruit peut tuer", explique un expert

REPLAY - Les expositions au bruit peuvent avoir des conséquences dramatiques sur notre santé, prévient Dominique Bidou, président du Centre d'information et de documentation sur le bruit (CIDB).

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
"Le bruit peut tuer", explique un expert Crédit Image : AFP / Archives, Joël Saget | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Loïc Farge

Un plan de prévention du bruit dans l'environnement (PPBE) est présenté ce lundi 16 mars au Conseil de Paris. Selon les experts, 230.000 Parisiens (soit 11% des habitants) sont "potentiellement exposés" à un niveau sonore supérieur à 68 décibels en moyenne par jour, le seuil limite réglementaire.

"On parle beaucoup de point noir du bruit : c'est un niveau de bruit très pénible auquel les gens se trouvent exposés", indique Dominique Bidou, président du CIDB. Il explique que le bruit est une affaire "assez compliquée" à mesurer. "C'est plus difficile que la température, d'autant plus que nous avons chacun notre coefficient personnel".

"Il y a des gens très sensibles : les hyperacousies. C'est très pénible pour eux d'entendre des bruits même ordinaires. À l'inverse, il y a des gens qui entendent très peu", explique-t-il.

Des niveaux à ne pas dépasser

Les nuisances sonores peuvent avoir deux types de conséquences pour notre santé. Les premières portent sur l'ouïe, "davantage liées à un niveau sonore élevé qu'au bruit de l'environnement". Cela correspond au bruit dans les boîtes de nuit, sur le lieu de travail dans certaines conditions, mais aussi à la musique que l'on écoute trop fort dans les oreilles.

À lire aussi
Des pompiers en intervention lors d'un incendie à Paris (illustration) société
Les pompiers, la corporation en laquelle les Français ont le plus confiance


"ll y a des niveaux à ne pas dépasser. C'est grave parce qu'actuellement, beaucoup de jeunes s'envoient en l'air et ne comprennent pas qu'ils sont en train de se dégrader", ajoute-t-il.

Il est plus difficile de mesurer le bruit que la température

Dominique Bidou, président du CIDB
Partager la citation

L'autre volet porte sur le bruit en continu subi par les personnes qui subissent au quotidien le bruit des voitures ou des avions. Les symptômes sont des maux de têtes, du stress et des troubles du comportement. Selon l'Agence européenne pour l'environnement, les nuisances sonores sont à l'origine de plus de 10.000 décès prématurés par an.


Quelque 6.700 victimes du bruit ambiant succomberaient à des crises cardiaques et 3.300 à des AVC. "Le bruit n'est jamais un facteur seul", avertit Dominique Bidou. "On est souvent pris dans un stress global dans lequel le bruit joue un rôle très important". 

Coût pour la santé et pour l'économie

"On peut objectivement dire que le bruit tue", concède-t-il. "C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Sauf que si le vase n'était pas plein, la goutte d'eau ne le ferait pas déborder", ajoute-t-il.

"Si le bruit tue, il perturbe aussi. Un des enjeux actuels, c'est de s'apercevoir que tout cela coûte très cher. D'abord pour notre corps, notre santé et notre qualité de vie en général. Mais en plus, ça coûte cher à tout le monde parce que, outre les coûts de santé, il y a aussi une perte de productivité. Quand vous avez  mal dormi, vous travaillez mal ensuite", raconte l'expert.

Pour lui, c'est en dizaines de milliards d'euros que cela se joue pour un pays comme la France.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Bruit Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants