2 min de lecture Féminisme

La tuerie de polytechnique

REPLAY - Jacques Pradel revient sur la première tuerie de masse en Amérique du Nord, une tuerie anti-féministe.

Jacques Pradel L'heure du crime Jacques Pradel
>
La tuerie de polytechnique Crédit Image : DR | Crédit Média : Jacques Pradel | Durée : | Date : La page de l'émission
Jacques Pradel
Jacques Pradel et Charlotte Meritan

L'édito de Jacques Pradel

Une émission consacrée au décryptage d’un fait divers dramatique, un véritable carnage, qui s’est déroulé au Canada il y a 25 ans ! 14 étudiantes canadienne assassinées, de nombreuses autres blessées...

L’affaire remonte au 6 décembre 1989. Ce jour-là, un jeune homme âgé de 25 ans, vêtu d’une parka, et portant un gros sac de sport, pénètre dans l’Institut polytechnique de Montréal, où sont formés les meilleurs ingénieurs du pays... Il entre dans une salle de classe au deuxième étage du bâtiment. 

De son sac, il sort un fusil de gros calibre, et commence à tirer systématiquement, sur les filles, exclusivement, en épargnant les garçons présents. Le massacre va durer une demi-heure. Le bilan, on vient de le rappeler est terrible : 14 étudiantes tuées sur le coup. De nombreuses autres blessées. Au moment où la police investit l’école, le jeune homme retourne son arme contre lui et se tire une balle en pleine tête ! Ce qui est exceptionnel dans cette terrible histoire, c’est le mobile du tueur : dans une lettre retrouvée sur lui, il explique sa haine des femmes, qui, dit-il, lui ont gâché la vie

Nous ouvrons ce dossier hors-norme avec mon invitée dans un instant.

À lire aussi
La députée LREM Isabelle Rauch, à l'Assemblée nationale, le 21 mars 2018. réforme constitutionnelle
Écriture inclusive : une députée REM veut féminiser la Constitution

Les lettres de Lépine

Avant de se suicider, Marc Lépine a écrit une lettre, et une annexe de cette lettre, pour expliquer son geste. Ces écrits ont longtemps été tenus secrets, pour ne pas faire de publicité à ce tueur, alors que déjà certains mouvements masculinistes le désignaient en héros... 

La lettre sera finalement publiée par Francine Pelletier, éditorialiste dans le journal La Presse.  Ecrivaine et féministe, son nom apparaissait dans l'annexe de Marc Lépine : une liste de 19 noms de femmes qu'il aurait voulu éliminer s'il en avait le temps. Pour Francine Pelletier, il était important que les gens connaissent  les motivations politiques de Marc Lépine, basées sur une véritable haine du genre féminin. Voici un extrait de cette lettre : 

Le féministes ont toujours le talent de me faire enrager. Elle veulent garder leurs avantages de femmes tout en prenant aussi ceux des hommes.

Marc Lépine
Partager la citation

Vous pourrez entendre le témoignage de Francine Pelletier durant l'émission. 

Nos invités

Elise Fontenaille-N'Diaye, écrivain. Auteure du livre  L’homme qui haissait les femmes  (Ed Grasset – 2011)

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Lais
sez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Féminisme Crime Droits des femmes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783452546
La tuerie de polytechnique
La tuerie de polytechnique
REPLAY - Jacques Pradel revient sur la première tuerie de masse en Amérique du Nord, une tuerie anti-féministe.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/la-tuerie-de-polytechnique-7783452546
2016-05-31 11:16:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/SGHyGqmtfhNqkebN9c2kKA/330v220-2/online/image/2010/1117/7637070196_la-drapeau-du-canada.jpg