3 min de lecture

Nikki Haley, successeur de Trump à la Maison Blanche ?

REPLAY - L'ambassadrice des États-Unis à l'Organisation des Nations Unies est devenue en quelques mois un élément central de l'administration de Trump.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Nikki Haley, successeur de Trump à la Maison-Blanche ? Crédit Image : Sean Rayford / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot

Une femme est présente dans la presse, ce lundi 18 septembre. Aujourd'hui ambassadrice des États-Unis à l'ONU, cette femme, Nikki Haley, pourrait être le successeur de Trump à la Maison-Blanche.

C'est elle qui, au mois d'avril dernier, avait brandi des photos d'enfants morts après une attaque chimique en Syrie. Ces images avaient fait le tour du monde mais elle a aussi directement menacé la Corée du Nord de destruction, si elle continuait de provoquer Washington et ses alliés.
 
"Ambassadeur de choc et de charme", titre ainsi ce matin Le Figaro. À 45 ans, elle est devenue, dit Libération, un maillon-clé de l'administration de Donald Trump. Elle est le visage de la diplomatie américaine et une figure incontournable de l’arène onusienne. Le très prestigieux magazine Time l'a ainsi propulsée en une au début du mois de septembre, voyant en elle une de ces femmes qui changent le monde.
 
Le pari n’était pas gagné d'avance. Loin de là. Cette ancienne gouverneure républicaine de Caroline du sud, née de parents indiens immigrés aux États-unis, n'avait en effet aucune expérience des négociations internationales. 

Mais tous les spécialistes sont unanimes : en 8 mois, elle a su magistralement transformer l'essai. Et ce n'est sans doute pas terminé car elle pourrait bien rapidement quitter New York et les Nations-Unies pour Washington. D'abord au poste de secrétaire d'État car son nom revient avec insistance pour remplacer Rex Tillerson qu'on dit sur le départ.

Quant au bureau ovale, ce n'est pas officiellement au programme. "Tout le monde pense que je suis ambitieuse, que je brigue quelque chose, que j'en veux plus, confiait-elle au printemps sur CNN... Eh bien je ne peux m'imaginer concourant pour la Maison-Blanche..." Ces propos sont à relativiser d'après des journalistes américains qui ont noté que Nikki Haley avait à ses cotés un consultant politique dont la spécialité n'est pas la politique étrangère... mais la stratégie électorale.

"Indice ou pas ? quand vous voulez connaitre les projets des futurs dirigeants, regardez ce qu"ils font et pas ce qu'ils disent", La mise en garde est signé Chris Cilizza, chroniqueur politique sur CNN.
 

Un séminaire pour REM

Voilà peut-être l'un des conseils qui sera donné aujourd'hui aux députés de La République en Marche réunis en séminaire lundi 18 et mardi 19 septembre. 

Rien de très neuf, nous dit ce matin L'Opinion. Avant, dans l'Ancien Monde, du temps du PS par exemple, on appelait cela les journées parlementaires. 48 heures pour forger un esprit d'équipe et combler les lacunes de certains sur les grands projets de la rentrée. Les 313 députés de la majorité auront aussi droit à des séances de media training et des ateliers seront mis en place dès la mi-octobre nous dit ce matin Le Parisien - Aujourd'hui en France

Le nouveau directeur de communication de REM, Christophe Malbranque, un ancien journaliste sportif nommé à la fin du mois de juillet, est à l'origine de la démarche.

À la rescousse

C'est la belle histoire du jour qui fait la une du Journal de Saône et Loire. Une équipe de foot a sauvé la vie de l'un de ses joueurs samedi 16 septembre dans la soirée.

L'équipe de Mâcon affrontait l'USC Paray dans un match intense. Les duels aériens sont nombreux et l'un d'eux a bien failli mal tourner. Tout à coup, le capitaine mâconnais s'effondre et perd connaissance. Immédiatement, ses coéquipiers viennent à son secours. 

L'un d'eux raconte : "Je savais que s'il avalait sa langue c'était foutu". Problème... Il était impossible d'ouvrir la bouche du joueur blessé. "Il mettait une telle pression. Il me mordait, mais il ne fallait pas que j’enlève mes doigts. Je cherchais sa langue, mais je ne la trouvais pas", explique Mohamed Tandjigora. Le stress monte et soudain le joueur attrape des ciseaux. "Je n’avais pas le choix, s’excuse-t-il presque. C’est avec des ciseaux qu’on a sorti sa langue. Quand la langue est sortie, il s’est de nouveau mis à respirer." Morceli, le capitaine, revient alors rapidement à lui.


"Il n’a pas compris pourquoi il y avait tant de monde. Il me dit alors qu’il ne sent plus sa langue", poursuit Mohamed Tandjigora, qui, au terme de cet entretien, insiste pour ne pas être vu comme un héros. "J’aurais fait pareil avec un autre."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants