1 min de lecture Les Républicains

Natacha Bouchart, la maire de Calais, démissionne de son poste de sénatrice

Natacha Bouchart veut se "consacrer entièrement" à sa ville et à sa région, dont elle prendra la vice-présidence début janvier.

La maire de Calais, Natacha Bouchart (illustration)
La maire de Calais, Natacha Bouchart (illustration) Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Natacha Bouchart échange un siège de sénatrice contre un siège de vice-présidence du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais-Picardie, après la victoire des Républicains aux élections régionales. La maire de Calais a annoncé samedi 26 décembre qu'elle démissionnait du Sénat pour se "consacrer entièrement" à sa ville et à sa région.

"Je quitte mon mandat avec peine mais j'ai un nouveau défi à la région", a affirmé Natacha Bouchart. Elle prendra ses nouvelles fonctions le 4 janvier 2016 aux côtés de Xavier Bertrand. "L'urgence, c'est la région, l'emploi et le développement du territoire", a-t-elle expliqué, décrivant 2016 comme "l'année du combat, du conflit et pas du renoncement". 

En plein "bras de fer" avec Londres sur la question des migrants

Natacha Bouchart sera remplacée au Sénat par Jean-François Rapin, maire de Merlimont dans le Pas-de-Calais. Mais elle n'exclut pas de retrouver le mandat de sénateur qu'elle occupe depuis 2011, "si la situation s'améliore à Calais". La ville est fortement touchée par la crise migratoire européenne. Quelque 4.500 migrants, venant principalement d'Afrique de l'Est, du Moyen-Orient et d'Afghanistan, vivent dans le bidonville surnommé la "Jungle" jouxtant la rocade portuaire, dans des conditions très précaires. Pour tenter d'apporter des solutions à cette problématique, elle a dit vouloir concentrer toutes ses forces "pour un bras de fer avec l'Angleterre" en l'incitant notamment à accueillir sur son sol des candidats à l'exil.

Vendredi 25 décembre, plusieurs centaines de migrants ont de nouveau tenté de s'introduire sur le site d'Eurotunnel près de Calais, incitant les autorités à fermer brièvement l'autoroute A16 dans les deux sens par mesure de sécurité. "J'appelle l'ensemble du gouvernement et l'armée à venir à Calais. Jusqu'à quand vont-ils attendre?", a-t-elle de nouveau lancé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Calais Élections régionales
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants