1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. La journée internationale des droits des femmes a-t-elle un sens ?
1 min de lecture

La journée internationale des droits des femmes a-t-elle un sens ?

REPLAY - Indispensable ou stigmatisante ? Les quatre invités d'On refait le monde débattent sur la journée de la Femme.

À l'occasion de la journée de la femme, l'association "Unissons nos voix" a diffusé un clip contre les violences conjugales.
À l'occasion de la journée de la femme, l'association "Unissons nos voix" a diffusé un clip contre les violences conjugales.
Crédit : Capture Youtube
ON REFAIT LE MONDE
28:47

Ce 8 mars marque la journée internationale des droits des femmes, notamment pour lutter contre les discrimination dont elles peuvent être victimes. Mais cette journée a-t-elle encore un sens ? "Il y a plein de défauts dans cette journée, mais il faut avoir à l'esprit que c'est une journée internationale et il y a des pays où c'est essentiel. Et même pour un pays comme le nôtre, c'est l'occasion de faire le point, de voir ce qui n'a pas assez avancé et de faire des propositions nouvelles. Donc je suis pour cette journée", estime Laurence Parisot. 

Pour Clémentine Autain, cette journée a d'abord "un sens historique puisque c'est une journée qui vient de mouvements de grève de femmes au début du siècle. Ensuite, cette journée s'est institutionnalisée. Il y a quand même quelque chose de gênant de célébrer la femme comme ça, pour une journée".

Élisabeth Lévy est contre cette journée qui est "la sainte-gonzesse. Il ne s'agit pas de fêter les femmes mais comme tous les jours, de pleurnicher sur leur sort. Je précise que je suis contre toutes les formes de harcèlement et de discrimination mais je considère simplement qu'on oublie que l'on est dans des pays où ces comportements sont réprimés par la loi". Élisabeth Lévy regrette que "le féminisme s'immisce dans la sphère privée". 

Annie Lemoine reconnaît que "ça va mieux qu'ailleurs", mais qu'il y a encore beaucoup de progrès à faire. "Combien d'années va-t-on mettre pour avoir un semblant de parité ? Mais je ne sais pas comment faire bouger les choses car les lois ne suffisent pas. Bien sûr, l'éducation c'est la clé dans le monde entier, car des femmes instruites sont des femmes dangereuses".

On refait le monde avec :
- Laurence Parisot, ancienne présidente du Medef
- Annie Lemoine, journaliste
- Clémentine Autain, directrice du trimestriel Regards
- Élisabeth Levy, directrice en chef du magazine Causeur

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/