2 min de lecture Religions

La Grande mosquée de Paris se retire du Conseil français du culte musulman

L'institution a pris cette décision après que son recteur, Dalil Boubakeur, n'a pas été invité à la présentation des vœux d'Emmanuel Macron aux autorités religieuses.

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, le 10 mars 2015 à la grande mosquée de Paris
Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, le 10 mars 2015 à la grande mosquée de Paris Crédit : JOEL SAGET / AFP
109996784729281669890
Clarisse Martin
et AFP

Souhait délibéré ou étourderie ? Emmanuel Macron n'a pas invité Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris et ancien dirigeant du Conseil français du culte musulman (CFCM) à la présentation de ses vœux aux autorités religieuses, jeudi 4 janvier à l'Élysée. Une décision qui est très mal passée auprès du principal intéressé. Dans la foulée, la Grande mosquée de Paris a signifié son retrait du CFCM, interlocuteur musulman officiel de l'État, en guise de protestation.

Lors de cette réception pour échanger les vœux, deux représentants de chaque culte sont traditionnellement invités. L'islam, pour cette année 2018, était représenté par le président du CFCM, Ahmet Ogras, et son prédécesseur, Anouar Kbibech. Le premier est proche de la Turquie alors que le second présente une sensibilité marocaine.

Habitué des ors de la République, Dalil Boubakeur, 77 ans, occupe la charge de recteur de la Grande mosquée depuis plus d'un quart de siècle. Proche de l'Algérie, le septuagénaire a mal réagi à cette nouvelle. 

À lire aussi
Des prêtres appliquant de la crème solaire sur leurs visages au Zayed Sports City Stadium le 5 février 2019 religions
"Sodoma" : que révèle l'enquête de 4 ans sur l'homosexualité au cœur du Vatican ?

Une figure accoutumée aux sorties fracassantes

"Il est surprenant que l'institution religieuse musulmane la plus emblématique de France, fruit d'une loi d'État pour manifester la reconnaissance de la nation aux milliers de soldats musulmans morts pour la France durant la Première Guerre mondiale, soit ainsi marginalisée voire ostracisée", s'est-il étonné dans un communiqué.

"Prenant acte de cette injuste et inexplicable mise à l'écart, la Grande mosquée de Paris décide de se retirer de toutes les instances du CFCM et de ne plus participer à toute initiative émanant des pouvoirs publics sur l'organisation du culte musulman", poursuit cette figure de l'islam en France.

Coutumier des sorties fracassantes, Dalil Boubakeur s'estime isolé depuis son départ de la tête du CFCM en 2015. En janvier 2017, il avait fermement refusé de prendre part aux travaux sur l'islam en France, sous la houlette d'une fondation culturelle présidée par Jean-Pierre Chevènement, et d'une association cultuelle de financement, qui n'a pas encore abouti.

Quelques mois après cette prise de position, il s'était aussi opposé au lancement d'une "charte de l'imam" destinée à lutter contre le phénomène de radicalisation, qu'il jugeait inaboutie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Religions Islam Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791690610
La Grande mosquée de Paris se retire du Conseil français du culte musulman
La Grande mosquée de Paris se retire du Conseil français du culte musulman
L'institution a pris cette décision après que son recteur, Dalil Boubakeur, n'a pas été invité à la présentation des vœux d'Emmanuel Macron aux autorités religieuses.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/la-grande-mosquee-de-paris-se-retire-du-conseil-francais-du-culte-musulman-7791690610
2018-01-04 13:22:39
https://cdn-media.rtl.fr/cache/EVY1t8iespEn2R_l-6xz6A/330v220-2/online/image/2015/0506/7778193074_000-par8117743.jpg