2 min de lecture Crime

L'affaire Revelli-Beaumont

REPLAY - Un soir d’avril 1977, le directeur général de Fiat-France est enlevé en plein 16e arrondissement de Paris. Un groupuscule prétendument révolutionnaire réclame 30 millions de dollars. Après deux mois et vingt-sept jours de tractations secrètes, l’otage est libéré contre une rançon de deux millions de dollars. En 1985, deux des sept exécutants étaient jugés en France.

L'Heure du Crime - Pradel L'heure du crime Jacques Pradel iTunes RSS
>
L'affaire Revelli-Beaumont Crédit Média : Jacques Pradel | Durée : | Date : La page de l'émission
Jacques Pradel
Jacques Pradel et Charlotte Meritan

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

L'édito de Jacques Pradel

A la Une de l’Heure du crime, un des enlèvements parmi les plus spectaculaires des années 1970.
Le 13 avril 1977, le PDG de Fiat-France, monsieur Luchino Revelli-Beaumont est enlevé vers 21 heures devant son domicile de la rue de la Pompe, à Paris. Quelques temps plus tard, une lettre de revendication signée « Comité pour l’Unité socialiste révolutionnaire » s’accompagne d’une photo de l’otage et d’une demande de rançon astronomique, 300 millions de francs ! Faute de quoi, monsieur Revelli sera exécuté.
La police française mobilise plus de 600 policiers. Des tractations secrètes ont lieu grâce à plusieurs intermédiaires, dont l’un est soupçonné d’être le cerveau de l’affaire.
Monsieur Revelli-Beaumont sera relâché trois mois (89 jours !) plus tard en plein Paris.
Nous vous racontons les coulisses de cette affaire avec mes invités : Paolo Revelli-Beaumont, le fils du PDG enlevé, Claude Cancès, futur patron du 36, qui était à l’époque chef de section à la brigade criminelle, et le journaliste Alain Hamon qui a suivi l’affaire pour RTL.
Et nous verrons qu’aujourd’hui encore on se pose beaucoup de questions sur le véritable commanditaire de cet enlèvement.

Le PDG de Fiat France retenu en otage pendant 89 jours

Le 13 avril 1977, Luchino Revelli-Beaumont, PDG de Fiat France, est enlevé en plein Paris. Trois hommes appartenant à un groupuscule révolutionnaire argentin le retiennent en otage. Ses ravisseurs menacent de l'exécuter si une rançon de 30 millions de dollars n'est pas versée. Ils envoient plusieurs communiqués diffusés dans la presse pour exprimer des revendications ouvrières, réclamer l'argent et proférer les menaces.  Luchino Revelli-Beaumont est libéré 89 jours après son enlèvement, contre une rançon de deux millions de dollars. Une semaine après, sept personnes sont arrêtées en Espagne et inculpées d'enlèvement. 

Nos invités

Alain Hamon, ancien journaliste à RTL ; Claude Cancès, ancien chef de la Police Judiciaire de Paris. A l’époque commissaire, chef de section à la brigade criminelle ; Paolo Revelli-Beaumont, fils de Luchino Revelli-Beaumont.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Crime Fiat Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants