3 min de lecture Calais

"Jungle" de Calais : 4 chiffres pour comprendre le démantèlement

INFOGRAPHIE - Le démantèlement de la "Jungle" de Calais (Pas-de-Calais) a démarré ce lundi 24 octobre. Entre 6.000 et 8.000 personnes vont être réparties dans les 450 centres d'accueil et d'orientation (CAO) sur le territoire.

Des migrants font la queue pour quitter la "Jungle" de Calais le 24 octobre 2016.
Des migrants font la queue pour quitter la "Jungle" de Calais le 24 octobre 2016. Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Philippe Peyre
Philippe Peyre

"C'est une opération dont on souhaite qu'elle se déroule dans le calme et dans la maîtrise. C'est pour l'instant le cas". La déclaration est signée Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, au sujet de l'évacuation de la "Jungle" de Calais (Pas-de-Calais) qui a débuté ce lundi 24 octobre à l'aube, après dix huit mois d'existence. On estime à près de 8.000 le nombre d'individus qui vont être emmenés vers les 450 centres d'accueil et d'orientation (CAO) prévus pour les accueillir en France. 

"L'objectif est qu'ils partent de ce camp indigne. Beaucoup le disent que c'est un enfer d'y vivre. Les conditions de vie sont absolument atroces"a assuré Emmanuelle Cosse, la ministre du Logement, au micro de RTL ce lundi 24 octobre au matin. Le ministre de l'Intérieur évoque, lui, une "mise à l'abri humanitaire". L'opération devrait durer au moins une semaine.

4 files d'attente

Pour le moment, les individus présents dans la "Jungle" sont invités à se présenter dans un hangar de 3.000 mètres carrés. Ils doivent se répartir entre quatre files d'attentes différentes, identifiées par des pictogrammes : une file pour les majeurs seuls, une pour les familles, une autre pour les personnes vulnérables (femmes enceintes, malades...) qui seront prises en charge par Médecins du monde et, enfin, une pour les mineurs isolés qui seront, eux, recueillis par France Terre d'Asile

À lire aussi
Le drame s'est joué dans cette rue de Calais, le vendredi 28 décembre faits divers
Calais : une femme de 64 ans en garde à vue pour le meurtre de son mari


Ensuite, le personnel de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) proposera aux réfugiés de faire un choix entre deux régions en France. Les individus seront alors enregistrés et recevront un bracelet de couleur en fonction de l'endroit où ils seront emmenés. Ils seront ensuite répartis dans des tentes d'une capacité de cinquante personnes chacune. Une fois la capacité maximale atteinte, les individus pourront être conduits vers le bus qui les mènera vers l'un des centres d'accueil et d'orientation (CAO) en France

145 autocars

Pendant trois jours, jusqu'au mercredi 26 octobre, des bus affrétés pour l'occasion emmèneront les migrants vers les centres d'accueil et d'orientation (CAO). 60 autocars sont prévus ce lundi 24 octobre, 45 le lendemain, mardi 27 et 40 le mercredi 26, soit 145 au total. 

Les bus seront géolocalisés et les forces de l'ordre encadreront le parcours, notamment sur les aires d'autoroute. Pour des raisons de sécurité, les bus devront en premier lieu rejoindre les préfectures avant que les migrants soient dirigés vers les centres. 

450 centres d'accueil

Une fois en route, les migrants seront répartis vers les 450 centres d'accueil et d'orientation (CAO) en région. Ce sont des structures temporaires pour accompagner les migrants dans leur demande d'asile. Quelques 7.500 places sont disponibles dans les 450 centres à travers le pays. Selon une estimation, une personne accueillie dans l'un de ces CAO coûterait 25 euros par jour à l'État. 

1.250 policiers en renfort

Pour le moment, l'évacuation se fait sur la base du volontariat. Après le démantèlement du camp, ceux qui seront encore sur place s'exposeront à une interpellation. S'ils refusent les propositions de départ et d'hébergement dans les CAO, ils seront conduits en centre de rétention administrative et l'État leur proposera alors un "retour volontaire" dans leur pays d'origine. 2.100 agents sont sur place et 1.250 policiers ont été prévus en renfort. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Calais Migrants Réfugiés
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785423213
"Jungle" de Calais : 4 chiffres pour comprendre le démantèlement
"Jungle" de Calais : 4 chiffres pour comprendre le démantèlement
INFOGRAPHIE - Le démantèlement de la "Jungle" de Calais (Pas-de-Calais) a démarré ce lundi 24 octobre. Entre 6.000 et 8.000 personnes vont être réparties dans les 450 centres d'accueil et d'orientation (CAO) sur le territoire.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/jungle-de-calais-4-chiffres-pour-comprendre-le-demantelement-7785423213
2016-10-24 15:21:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/sCfs7Ps_vPhsn-EH3pux7w/330v220-2/online/image/2016/1024/7785422859_des-migrants-font-la-queue-pour-quitter-la-jungle-de-calais-le-24-octobre-2016.jpg