1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Isère : effondrement d'une montagne du lac Chambon
2 min de lecture

Isère : effondrement d'une montagne du lac Chambon

Tout un pan d'une montagne traversée par le tunnel du Chambon a commencé à tomber samedi dans le lac.

Un pan de montagne a commencése détacher samedi 4 juillet dans le lac Chambon.
Un pan de montagne a commencése détacher samedi 4 juillet dans le lac Chambon.
Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
Marine Cluet

La montagne du lac Chambon, qui porte le tunnel du même nom dans l'Isère, n'aura jamais eu autant de spectateurs. Depuis 20 heures ce samedi 4 juillet, des centaines de mètres cubes d'un pan de montagne sont en train de se détacher. Si l'effondrement massif n'a pas encore eu lieu, plusieurs centaines de mètres cubes sont déjà tombés.

Ce dimanche matin à l'aube, une partie du terrain s'est détaché de la montagne, 1000m3 selon un journaliste du Dauphiné Libéré qui suit l'événement en direct. Depuis, l'activité s'est nettement réduite et le scénario d'un éboulement massif reste hypothétique. Ce que préférerait pourtant le préfet de l'Isère Jean-Paul Bonnetain selon qui "un mouvement massif qui permettra d'appréhender très clairement les travaux à entreprendre pour rétablir la liaison qui fait cruellement défaut aux habitants, notamment pour aller au travail".

Risque d'une énorme vague

Conséquence d'un glissement de terrain en cours sur un versant de la montagne, des fissures inquiètantes avaient été détectées sur la voûte du tunnel du Chambon, à Mizoën par les autorités qui avaient immédiatement fait fermer le tunnel et la route départementale reliant Grenoble à Briançon. Le 23 juin, face à l'accélération du glissement de terrain, le chantier sur la montagne était stoppé net. Jeudi, les experts sonnaient à nouveau l'alerte en annonçant que l'effondrement d'une zone de 280 mètres, 100 mètres de large et 25 mètres d'épaisseur sur une pente à 50 degrés est prévue entre le 3 et le 5 juillet.

Plusieurs centaines de milliers de mètres cubes de roche doivent continuer à tomber dans le lac,
les autorités locales ayant évalué à 800 000 mètres cubes le volume des rocs en suspension, provoquant un risque d'une vague comprise entre 18 et 80 mètres face au tunnel estimaient jeudi les experts lors d'un point presse convoqué en urgence par le préfet de l'Isère. Néanmoins, les gestionnaires assuraient qu'il n'y avait "aucun risque pour l'infrastructure".

À lire aussi

Dans les colonnes du Parisien, Stéphane Toletti, directeur du groupement hydraulique Ecrins-Vercors se voulait également rassurant : "L'axe du glissement est opposé au barrage. La vague se dirigera vers la rive opposée. Au niveau du barrage, on s'attend à une vague de seulement 3 à 4 m, ce qui n'endommagera pas l'ouvrage. 35 m séparent actuellement le niveau actuel de l'eau et la crête du barrage".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/