1 min de lecture Asile

INFOGRAPHIE - Droit d’asile : la réponse divisée des Européens

CARTE INTERACTIVE - L’Assemblée nationale examine à partir du 9 décembre un projet de réforme du droit d’asile, demandé par l’Union Européenne.

Droit d'asile : la réponse divisée des Européens (capture d'écran)
Droit d'asile : la réponse divisée des Européens (capture d'écran) Crédit : Paul Guyonnet / RTL.fr
Paul Guyonnet
Paul Guyonnet
Journaliste RTL

En 2013, près d’un demi-million de personnes ont fait une demande d’asile en Europe, moins d’une sur trois a obtenu une réponse positive. Les pays européens sont loin d’avoir la même réaction face à un nombre de demandes grandissant, notamment à cause des conflits au Proche-Orient.

Si la Suède a ainsi accédé à près d’une demande sur deux (plus de 26.000 concernés), en France, c’est moins d’un demandeur sur six qui a obtenu le précieux asile. Mais si des pays comme l’Islande ou la Suisse peuvent légiférer comme bon leur semble, l’Union Européenne a, elle, rappellé ses membres à l’ordre. Résultat : la France doit transposer les directives de l’UE à son droit national avant le 1er juillet 2015

Principal changement à mettre en oeuvre pour le gouvernement : l’hébergement. À l’heure actuelle, la France, terre d’asile historique, ne possède des structures adaptées que pour accueillir un tiers des demandeurs d’asile. Nettement insuffisant aux yeux de l’Union mais compréhensible, vu l’explosion du nombre de demandes ces dernières années. 

Sources : EurostatForum réfugiés  

À lire aussi
Des femmes yezidies, en Irak, en août 2019 (Illustration) réfugiés
Comment se passe l'accueil des femmes et des enfants yezidis en France ?

Depuis 2007, ce chiffre a doublé. Plus de 60.000 demandes ont ainsi été déposées dans le pays en 2013 selon Eurostat, à ajouter aux 30.000 dossiers déjà en attente de traitement. Et sur ces près de 100.000 demandeurs, 16.7% seulement ont reçu une réponse positive l’an passé. 

Le texte qui est donc présenté à l’Assemblée nationale à partir de ce 9 décembre cherche à réduire les délais d’examen des demandes d’asile. Aujourd’hui, ils s’élèvent en moyenne à 19 mois et voudraient passer à 9 si le texte est voté. 

Prévoyant notamment de fournir une assistance (avocat ou association) aux demandeurs, le texte est d’ores et déjà farouchement combattu par une partie de la droite, qui confond dans son discours le droit fondamental d’asile, qui peut être invoqué en cas de conflit ou de menace injuste contre des populations, et immigration. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Asile Gouvernement Union européenne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants