1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Incendie près de l'étang de Berre : une enquête pour "destruction par incendie" ouverte
2 min de lecture

Incendie près de l'étang de Berre : une enquête pour "destruction par incendie" ouverte

Deux explosions successives ont causé un incendie sur un site pétrochimique de la commune de Berre l'Étang, mardi 14 juillet. La piste d'un "acte malveillant" serait privilégiée, selon une source proche des enquêteurs.

L'incendie du site pétrochimique de Berre-L'Etang, le 14 juillet 2015
L'incendie du site pétrochimique de Berre-L'Etang, le 14 juillet 2015
Crédit : BORIS HORVAT / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le parquet d'Aix-en-Provence a ouvert une enquête pour "destruction par incendie" après les deux explosions survenues mardi matin sur un site pétrochimique proche de l'étang de Berre, a annoncé le vice-procureur, Rémy Avon, lors d'un point presse à proximité des lieux. Aucun blessé n'est à déplorer dans cet incendie survenu sur une installation du groupe LyondellBasel et qui a été éteint en fin de matinée.

Sinistre maîtrisé au bout de 5 heures

"Le parquet d'Aix a décidé d'ouvrir une enquête pour déterminer les circonstances et les causes de ce double incendie. Pour l'instant, elles restent inconnues puisque nous n'avons pas pu procéder aux premières constatations", a ajouté M. Avon. "Aucune piste n'est écartée, aucune piste n'est privilégiée", a-t-il encore assuré.

"Un acte malveillant est une hypothèse sérieuse", a en revanche confié à l'AFP une source proche du dossier. "Selon les premiers éléments de l'enquête, la probabilité que ces deux incendies de cuves distantes de 500 mètres puissent être accidentels est très faible. Les enquêteurs privilégient la thèse d'un acte volontaire", a affirmé une autre source proche de l'enquête.

Un lien avec les vols sur la base militaire de Miramas?

Cet incendie, qui a suivi deux explosions, selon des sources proches de l'enquête, a touché deux cuves du site de LyondellBasell, distantes l'une de l'autre d'environ 500 mètres. "La première cuve a été éteinte vers 6h", a déclaré à la presse Jean-Marc Sénateur, sous-préfet d'Istres, lors du même point presse. "La deuxième a nécessité un renforcement de moyens (...) pour réaliser une attaque massive de mousse", qui a permis de maîtriser le sinistre vers 11h, a poursuivi M. Sénateur. Interrogé sur un éventuel rapprochement entre ces faits et le vol, le 7 juillet, de pains de plastic et de détonateurs sur un site militaire de Miramas, à une trentaine de kilomètres, M. Sénateur a simplement estimé que les enquêteurs "pouvaient se poser la question", mais qu'il était trop tôt pour établir un tel rapprochement.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/