2 min de lecture Noël

Il veut offrir une poupée à son fils et récolte injures sexistes et homophobes

Le récit de ce journaliste a suscité de très nombreuses réactions sur les réseaux sociaux.

micro générique Clics à la une La rédaction de RTL
>
Il veut offrir une poupée à son fils et récolte injures sexistes et homophobes Crédit Image : AFP / Philippe Huguen | Crédit Média : Aymeric Parthonnaud | Date :
La page de l'émission
Aymeric Parthonnaud
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

L'histoire est contée par un confrère journaliste, Guillaume Champeau sur Twitter. Une anecdote qu'il a vécu en tant que père : sa réaction face à son jeune fils qui lui demandait s'il avait le droit de commander un jouet, même si celui-ci figurait en bonne place dans les pages roses du catalogue, les pages "réservées" aux filles. Réponse du père : bien sûr. 

Guillaume Champeau a donc pris la décision de partager cet instant de sa vie quotidienne sur Twitter. Passées les réactions attendries de ses proches face à ce choix moderne et loin des clichés, le tweet est devenu très populaire, il a été retweeté des milliers de fois et il a été confronté, lui et son fils de 4 ans, aux injures sexistes et homophobes d'une frange très active de Twitter.

Il a raconté cette histoire sur le site Médium, un réseau social où on peut écrire et partager de longs textes, loin des explications lapidaires en 140 caractères. Il conclut ainsi son texte : "N’étant pas homosexuel, je n’ai jamais subi l’homophobie. Mais là, je l’ai vue de mes propres yeux, toutes les minutes ou presque, s’égrainer toute la journée sur mon écran".

Preuve encore de la violence gratuite qui s'exerce fréquemment sur les réseaux sociaux… On espère que son fils sera très heureux de recevoir sa poupée Reine des Neiges sous le sapin à Noël.

À découvrir aussi dans "Clic à la Une" :

À lire aussi
Ballons de baudruches (illustration) Loire-Atlantique
Un ballon de baudruche lâché en 2018 à Châteaubriant est retrouvé à 1.141 km

Des tweets pour saisir la situation à Alep.

Bien entendu, il y a les tweets des politiques et des diplomates, il y a les tweets des journalistes sur place, il y a les tweets des combattants ainsi que ceux des civils toujours sur place. Tout cet ensemble - entre témoignages poignants et désinformation - a créé le récit de l'anéantissement d'Alep.

Alep est une grande ville syrienne, très touristique, très ancienne, le poumon économique du pays. Aujourd'hui on remarque sur les réseaux sociaux le partage de très nombreuses photos. Des photos d'Alep avant, des photos de vacances, de guides touristiques... Et des photos d'Alep après. Des grands centres avec piscine azur et palmiers sont devenus des ruines grises où on ne distingue même plus une trace de végétation. Les dômes des mosquées pulvérisés par les bombardements. Les galeries commerçantes devenues des tunnels sans plus aucune couleur ou marchandise. 

Tout est devenu parfaitement gris, terne, sombre, poussiéreux et bien sûr il n'y a pas âme qui vive sur ces photos… Une autre façon très concrète de comprendre la situation à Alep.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Noël Société Réseaux sociaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants