2 min de lecture Front national

Hérault : selon le préfet, Robert Ménard "jette le doute" sur les policiers

Le maire de Béziers avait créé la polémique en dénonçant la "lâcheté" et la "soumission" de l'État en matière de sécurité.

Robert Ménard le 18 mai 2015, à Toulouse.
Robert Ménard le 18 mai 2015, à Toulouse. Crédit : REMY GABALDA / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La sortie de Robert Ménard sur ses forces de l'ordre ne passe pas. Le préfet de l'Hérault a accusé mercredi 12 août le maire de Béziers de jeter "le doute" sur l'action des gardiens de la paix, après un discours au cours duquel ce dernier a déploré "l'impuissance", la "lâcheté" et la "soumission" de l’État en matière de sécurité.

Trop souvent en France, derrière les polices municipales, il n’y a que le vide

Robert Ménard
Partager la citation

"Votre mission (...) est d’assurer l'ordre public", avait lancé M. Ménard en remettant un drapeau au chef de la police municipale ce lundi : "mais, trop souvent, entre vous et votre mission, se dresse l’État, ceux qui nous dirigent, leur lâcheté, leur impuissance, leur soumission. Au point qu’ils acceptent trop souvent qu’une fausse paix sociale, qui ne profite qu'aux délinquants, s’installe dans certains quartiers".

Robert Ménard accusé de "diviser" les polices

"Il faut le dire : trop souvent en France, derrière les polices municipales, il n’y a que le vide. Et ce n’est la faute ni des gendarmes ni des policiers nationaux. Ils font tout ce qu'ils peuvent, avec les ordres qu’ils reçoivent de leur ministère, dans le cadre des lois qu’on leur impose", avait également déclaré le fondateur de Reporters sans Frontières. Dans un communiqué publié ce mercredi, le préfet Pierre de Bousquet a répondu qu'"au-delà de la mise en cause inadmissible de l'État et de ses responsables, M. Ménard jette le doute sur l’action des policiers et des gendarmes et sur la détermination de l’État à intervenir partout et à toute heure pour maintenir l’ordre et combattre la délinquance".

"En opposant l’action des policiers et des gendarmes à celle des policiers municipaux, le maire de Béziers divise, oubliant qu’en matière de sécurité, bien au contraire, rien d’efficace ne se fait sans une coopération quotidienne fondée sur la confiance, le partenariat et la complémentarité", a ajouté M. de Bousquet. De son côté, Robert Ménard s'est défendu d'avoir eu comme but de critiquer la police nationale ou la gendarmerie : "au contraire, j'ai souligné leur travail dans des conditions qui rendaient leurs missions parfois impossibles : moins d'effectifs, un matériel souvent obsolète, une suspicion d'une partie de la justice allant de pair avec un laxisme envers les délinquants" a t-il indiqué.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Policiers Police
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants