2 min de lecture Harcèlement

Harcèlement scolaire : "la loi du silence n'est pas brisée" déplore la mère d'une victime

INVITÉE RTL - À la veille de la journée nationale contre le harcèlement scolaire, Virginie Derensy raconte le calvaire endurée par sa fille, Émilie, qui a mis fin à ses jours en janvier 2016.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Harcèlement scolaire : "la loi du silence n'est pas brisée", déplore la mère d'une victime Crédit Image : FRANK PERRY / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Journaliste

À la veille de la journée nationale contre le harcèlement scolaire, Virginie Derensy prend la parole pour raconter le calvaire enduré par sa fille Émilie. La lycéenne de 17 ans s'est défenestrée en janvier 2016, victime de harcèlement scolaire dans son lycée lillois. Ses parents ignoraient tout du harcèlement dont Émilie était victime. Après son décès, ils ont découvert son journal intime. La jeune fille y décrivait les propos blessants des autres enfants et le temps qu'elle passait à se cacher pour éviter les moqueries. Aujourd'hui, et tandis qu'a lieu, jeudi 3 novembre, la deuxième édition de la journée contre le harcèlement scolaire instaurée en 2015, le lycée Notre-Dame de La Paix dans lequel était scolarisée Émilie "est dans un déni complet de tout ce qui s'est passé", constate avec amertume la mère de la victime.

En France, 700.000 élèves sont touchés par le harcèlement scolaire. La ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem a présenté fin octobre une série de mesures. Pour autant, “la loi du silence n’est absolument pas brisée, estime Virginie Derensy. Quand je cherche des témoins (...) à l’exception d’une personne, aucune n’a le cran” de parler, explique Virginie Derensy. “Les enseignants nient en bloc, l’ancien directeur nie en bloc”, poursuit-elle. Un numéro d'écoute, le 3020, est mis en place. La maman d'Émilie voit là “un bon outil psychologique”, mais celui-ci reste insuffisant. "Les élèves ambassadeurs, ça existe déjà. On m’a dit qu’il y en avait à Notre-Dame de La Paix, mais je n’en ai jamais entendu parler", dit-elle. 

Le journal intime d'Émilie témoigne des récréations que l'adolescente passait aux toilettes pour échapper à ses bourreaux, mais véhicule également de vrais messages de courage et d'espoirs pour les autres enfants victimes de harcèlement. Sa mère la décrit comme "une enfant très empathique, généreuse et très courageuse". "Elle ne s’est jamais remise de toutes les blessures qu’elle a pu subir là-bas. Elle avait fini par intérioriser tout ce qu’on lui avait envoyée". Une enquête préliminaire autour du suicide d'Émilie va désormais laisser place à l'ouverture d’une information judiciaire afin de permettre à ses parents d’obtenir des réponses.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Harcèlement École L'invité de RTL
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants