1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Harcèlement à l'école : comment briser la loi du silence ?
3 min de lecture

Harcèlement à l'école : comment briser la loi du silence ?

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Harcèlement scolaire
Harcèlement scolaire
Les Auditeurs ont la parole
27:44

Harcèlement à l'école, comment briser la loi du silence ?

Entre des enfants qui chahutent sans méchanceté l'un des leurs et l'élève qui devient la cible d'un camarade, voire de la classe entière, la frontière peut être vite franchie.

Le phénomène fait régulièrement la une des journaux, quand il est trop tard, quand une victime a craqué en mettant fin à sa vie, pour ne plus subir un harcèlement quotidien.

Fort heureusement, l'issue n'est pas toujours dramatique, mais des traces indélébiles demeurent. Pour sortir du cercle infernal du harcèlement scolaire, il faut parler et être entendu.

Ce matin, des enfants victimes de harcèlement scolaire et des parents ont publié un manifeste pour briser le silence face au harcèlement. Un mal qui touche plus d'un million d'élèves. Seulement 50% des collégiens victimes parlent de leur souffrance à un adulte. 

Harcèlement à l'école, comment briser la loi du silence ?
Invités du débat de RTL Midi : Eric Debarbieux, délégué ministériel chargé de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire, et Amandine Stelletta, harcelée dès l'âge de 11 ans au collège et coréalisatrice du documentaire en 2013 "Harcèlement à l'école".

La rédaction vous recommande

Tenez-vous compte des consignes de vote ?

La tâche de Nicolas Sarkozy pour préserver l'unité de son parti et clarifier sa position face au FN, s'est encore compliquée aujourd'hui, avant un bureau politique convoqué à 18H00, avec une sortie du bois d'Alain Juppé. 
   
Le président de l'UMP entendait défendre le "ni-ni", ni PS ni FN, après l'élimination de son candidat au premier tour de la législative partielle du Doubs. 
   
Mais après avoir "pris le temps de réfléchir" sur ce résultat qui aboutit à un duel FN-PS, Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017, a décidé de rompre son silence car, à ses yeux, le parti de Marine Le Pen est devenu le "principal adversaire politique" de l'UMP. 
   
"Si j'étais électeur de la 4e circonscription du Doubs, je sais ce qu'en mon âme et conscience je ferais: pour barrer la route à une candidate FN, je ne m'abstiendrais pas, je voterais pour le candidat qui l'affronte, c'est-à-dire le candidat PS", Frédéric Barbier, écrit-il sur son blog. 

Pas question pour autant de "s'engager dans un Front républicain qui scellerait une alliance avec le PS". D'ailleurs, "pour tout dire, je ne suis pas sûr que les citoyens d'aujourd'hui attendent les consignes d'un parti avant d'aller voter. Chacun choisira en son âme et conscience", ajoute l'ancien Premier ministre. 

Tenez-vous compte des consignes de vote ? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour !

Sondage
Tenez-vous compte des consignes de vote ?*

3,5 millions de personnes mal logées ou sans abri selon la Fondation Abbé Pierre

La Fondation Abbé Pierre estime, dans son 20e rapport annuel, que 3,5 millions de personnes sont mal logées ou sans abri, et plus largement que près de 10 millions sont concernées par la crise du logement. 
   
L'association déplore "une méconnaissance de l'état réel du mal-logement en France", regrettant par exemple encore une fois de devoir se baser pour partie sur une étude statistique de l'Insee, dont les derniers chiffres sur le sujet datent de 2006, avant la crise économique. 

La Fondation ajoute à ces mal logés plus de 5,1 millions de personnes "en situation de réelle fragilité" par rapport au logement, c'est-à-dire occupant par exemple une copropriété en difficulté (1,1 million de logement concernés), un logement surpeuplé (3,2 millions) ou devant faire face à des impayés (1,2 million). 
   
Elle évalue ainsi au total à plus de 8 millions les personnes concernées par des difficultés de logement. Elle rappelle également que plus de 1,8 million de ménages sont en attente d'un logement social, que 5,1 millions sont en situation de précarité énergétique (chiffres 2014), que 70.000 propriétaires sont en situation d'impayés (2006), et que plus de 91.000 ménages sont menacés d'expulsion (chiffres 2009-2011). 

La rédaction vous recommande


Nous attendons vos commentaires et vos avis.

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/