3 min de lecture Guyane

Guyane : manifestations, blocages... Que se passe-t-il dans le département ?

ÉCLAIRAGE - À quelques semaines de l'élection présidentielle, la grogne s'amplifie en Guyane et certains mouvements sociaux paralysent le département.

Un paysage près de Cayenne, en Guyane
Un paysage près de Cayenne, en Guyane
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et AFP

À quelques semaines de l'élection présidentielle, l'ambiance en Guyane est des plus tendue. Depuis quelques jours, la grogne ne cesse de s'amplifier et de nombreux mouvements sociaux perturbent dorénavant le quotidien de ce département.

Et les conséquences sont importantes. Depuis le début de semaine, plusieurs mouvements sociaux ont été déclenchés sur ce territoire français d'Amérique du sud, empêchant notamment le lancement de la Fusée Ariane 5, vitrine économique du territoire. Initialement prévu lundi, le transfert de la fusée vers son pas de tir n'a jamais pu être mis en oeuvre à cause d'un barrage à l'entrée du Centre spatial guyanais à Kourou et d'une grève au sein de la société Endel qui assure le transfert.

La mobilisation, soutenue par des collectifs de citoyens, a pris une nouvelle dimension pour dénoncer plus globalement les problèmes de la Guyane en matière de santé, d'éducation, d'économie, de sécurité, d'accès au foncier ou encore de logement.  

À lire aussi
François de Rugy invité de RTL Guyane
Montagne d'or : François de Rugy annonce qu'il se rendra en Guyane "en juin"

La sécurité, au cœur de la mobilisation

Si les revendications sont nombreuses, les questions de sécurité sont une priorité. Il faut dire que la Guyane est le territoire français qui a connu le plus grand nombre d'homicides en 2016 (42). En un mois, quatre meurtres par arme à feu ont ainsi été commis à Cayenne. Et jour après jour, le mouvement se durcit. Ainsi, le collectif des "500 frères" a rejoint les manifestants. Un soutien de poids pour les contestataires. Depuis fin février, ce collectif contre la délinquance défilent cagoulées dans Cayenne et ont déjà été reçues par le préfet, le procureur et les forces de l'ordre pour essayer de trouver des solutions au problème de l'insécurité.

Interrogé par franceinfo, le sénateur de Guyane Antoine Karam dresse un tableau particulièrement sombre de la situation. "À Paris, il n'a pas été pris la mesure de la dégradation de la situation de la Guyane depuis plusieurs années et qui s'est accélérée depuis plusieurs mois, sur l'insécurité, sur l'immigration clandestine, sur le foncier, l'énergie, la santé et le développement économique (...) Tous les voyants sont au rouge et nous ne sommes pas écoutés."

Les parlementaires réclament un "Plan Marshall"

Les sénateurs et députés de Guyane ont interpellé mercredi 22 mars François Hollande au sujet de ces conflits sociaux sur le territoire. "Depuis de nombreux mois, parlementaires et élus guyanais n'ont eu de cesse d'alerter le gouvernement sur l'imminence d'une crise sociale en Guyane", écrivent les députés Chantal Berthelot et Gabrielle Serville, et les sénateurs Antoine Karam et Georges Patient, dans une lettre commune. Avant de poursuivre : "Aujourd'hui la Guyane connaît cette crise annoncée et les conflits sociaux se multiplient de toutes parts"

Face à "l'urgence de cette véritable crise sociale", les élus demandent au président de la République "une attention toute particulière à cette mobilisation et à ses revendications afin d'apporter une réponse forte de l'État à la population guyanaise". S'ils admettent que le Pacte d'Avenir, annoncé par le chef de l'État en décembre 2013, mais toujours pas signé en raison de longues négociations, "sera bénéfique", celui-ci serait insuffisant. Pour eux, "seul un vaste Plan Marshall permettra de répondre aux besoins criants de la Guyane".

Une mission interministérielle de "haut niveau"

"Afin de nouer un dialogue constructif et apaisé, le Premier ministre a décidé d'envoyer sans délai en Guyane une mission interministérielle de haut niveau", indique Matignon dans un communiqué. Cette mission partira dès samedi et sera conduite par Jean-François Cordet, conseiller maître à la Cour des comptes et ancien préfet de Guyane, précise le communiqué. Elle sera composée de plusieurs hauts fonctionnaires issus de différents ministères, dont Michel Yahiel, commissaire général de France Stratégie et ex-conseiller social de François Hollande.

"Le Premier ministre appelle l'ensemble des forces politiques, économiques et sociales de la Guyane à se saisir de cette initiative pour construire ensemble l'avenir de ce territoire", poursuit Matignon. En marge d'une visite au Salon du Livre à Paris, Bernard Cazeneuve a ainsi appelé "à l'apaisement, au calme, au dialogue". "Nous avons pris des dispositions de manière à ce que le dialogue puisse s'engager en Guyane, que nous puissions prendre des mesures le plus rapidement possible qui doivent être prises", a souligné le chef du gouvernement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Guyane Société François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787794842
Guyane : manifestations, blocages... Que se passe-t-il dans le département ?
Guyane : manifestations, blocages... Que se passe-t-il dans le département ?
ÉCLAIRAGE - À quelques semaines de l'élection présidentielle, la grogne s'amplifie en Guyane et certains mouvements sociaux paralysent le département.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/guyane-pourquoi-le-departement-vit-une-veritable-crise-sociale-7787794842
2017-03-24 06:15:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Lcva3a0toBLkkTrwKd9CrQ/330v220-2/online/image/2017/0323/7787795409_un-paysage-pres-de-cayenne-en-guyane.jpg