2 min de lecture Outre-mer

Guyane : les grévistes demandent un "statut particulier" du territoire

Le mouvement social ne faiblit pas au lendemain de l'annonce du gouvernement d'une enveloppe de plus d'un milliard d'euros d'aides.

>
Son Guyane - mécontentement après annonce du plan sauvetage Crédit Image : Jody Amiet / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Ambre Deharo
Ambre Deharo
et AFP

En Guyane, les annonces du gouvernement ne suffisent pas. Le collectif qui porte le mouvement social en cours depuis deux semaines a réclamé, lors des négociations avec la ministre des Outre-Mer, un "nouveau statut" pour leur territoire. Ce collectif "Pou La Gwiyann dékolé", regroupant l'ensemble des mouvements contestataires, souhaite entamer des discussions avec François Hollande et le gouvernement en métropole "afin d'ouvrir un débat clair, transparent, visant à doter notre pays, trop éloigné des centres de décisions hexagonaux, d'un statut particulier pour la Guyane", a déclaré le 1er avril au soir l'un des membres du collectif, Davy Rimane, depuis la préfecture de Cayenne, alors que les négociations avec Ericka Bareigts se poursuivaient. Selon l'homme, le lien "trop centralisé et vertical avec Paris", empêche la Guyane "d'avancer". "Avec un autre système, on pourrait décider nous-mêmes de ce qui est bon pour nous", plutôt que de "demander des autorisations pour tout" en métropole, a expliqué Davy Rimane. 

1,85 milliard d'euros alloué

Les négociations entre Mathias Fekl, Ericka Bareigts, et les élus locaux du territoire doivent reprendre dimanche à 16 heures. Pour l'instant, le gouvernement a annoncé une enveloppe de plus d'un milliard d'euros afin de construire notamment un tribunal de grande instance, un centre pénitentiaire, mais aussi plusieurs lycées et collèges et de rénover l'hôpital de Cayenne. Mais pour la population locale, cela reste insuffisant devant une crise qui touche tous les secteurs de la société. Cette question d'un statut particulier pour la Guyane était incluse dans les 428 revendications présentées le 30 mars devant Matthias Fekl et Ericka Bareigts. Pour l'instant, le gouvernement refuse d'envisager cette possibilité, en raison notamment du rejet de la consultation de 2010.

L'échec d'un système

En janvier 2010, les électeurs de Guyane avaient en effet refusé l'autonomie accrue de leur département, proposée lors d'un référendum organisé déjà à la demande des élus locaux. "Mais cette crise [actuelle] est l'expression de l'échec de ce référendum, a observé Gauthier Horth, un autre membre du collectif. Car le cadre réglementaire n'est pas du tout en adéquation avec la réalité guyanaise." Et cet entrepreneur de citer l'exemple de piroguiers qui, lorsqu'ils travaillent pour la fonction publique, sont employés comme "chauffeurs automobiles", tout simplement car le métier de piroguier "n'existe pas" dans la nomenclature hexagonale.  "L'État exerce ses pouvoirs régaliens sans se soucier d'efficacité", a dénoncé Gauthier Horth. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Outre-mer Guyane Grève
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants