1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Grève des médecins : pas de proposition "a minima"
2 min de lecture

Grève des médecins : pas de proposition "a minima"

Les médecins en grève attendent du gouvernement des proposition à la hauteur des enjeux, indique le principal syndicat de médecins libéraux.

Un médecin portant un autocollant "en grève", lors d'une conférence de presse, le 23 décembre 2014, à Paris (illustration).
Un médecin portant un autocollant "en grève", lors d'une conférence de presse, le 23 décembre 2014, à Paris (illustration).
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Les médecins libéraux en grève ont prévenu qu'ils n'accepteront pas des propositions "a minima" du gouvernement, a prévenu samedi le principal syndicat de médecins libéraux, la CSMF.

La Confédération des syndicats de médecins français (CSMF) "n'acceptera pas des propositions a minima qui ne seraient pas à la hauteur des enjeux", indique dans un communiqué ce syndicat qui représente des généralistes et spécialistes, et qui est l'un de ceux ayant appelé les médecins à garder porte close juqu'au 31 décembre.

Les médecins protestent contre le projet de loi santé et pour une revalorisation de leurs tarifs. L'organisation souligne que malgré les propos rassurants du ministère de la Santé sur l'absence d'afflux aux urgences du fait de la grève, les centres de régulation libérale, des groupements de médecins à l'image de "SOS médecins", "font face à un afflux d'appels exceptionnel".

La CSMF, qui avait évoqué vendredi une grève "particulièrement suivie" avec plus de "80% de cabinets médicaux fermés", souligne que de nombreux médecins libéraux sont réquisitionnés depuis le début de la grève le 24 décembre, ce qui démontre "qu'ils sont indispensables à la bonne marche du système de soins".

La ministre devra reconnaître, tôt ou tard que notre système de santé ne peut se passer des médecins libéraux

La CSMF
À écouter aussi

La veille, le ministère avait réaffirmé qu'il n'y avait "aucune difficulté particulière dans la prise en charge des malades" sur l'ensemble du territoire et évoqué une fréquentation des urgences "stable par rapport à ce qui a été observé pendant la même période les précédentes années".

Quoi qu'il en soit, écrit le syndicat, "la ministre devra reconnaître, tôt ou tard que notre système de santé ne peut se passer des médecins libéraux, généralistes et spécialistes. Il lui faudra trouver des moyens au moins proportionnellement équivalents à ceux dégagés en quelques heures" pour les urgentistes hospitaliers publics.

Les médecins en grève ont des revendications tarifaires: les généralistes demandent une consultation à 25 euros, les spécialistes la revalorisation des actes. Ils veulent aussi la réécriture, voire le retrait du projet de loi santé dont l'examen par le Parlement est prévu en avril.

Les urgentistes ont obtenu de leur côté, après une journée de grève, une limitation du temps de travail hebdomadaire à 48 heures, avec une rémunération des heures supplémentaires après la 39e. Selon la CSMF, la facture de ces mesures est de 90 millions.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.