1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Grenelle des violences conjugales : les associations ont "besoin de 500 millions" d'euros
1 min de lecture

Grenelle des violences conjugales : les associations ont "besoin de 500 millions" d'euros

RÉACTION - Caroline De Haas, co-fondatrice du mouvement Nous-Toutes à l'origine d'un rassemblement contre les féminicides, interpelle Emmanuel Macron.

Caroline De Haas, co-fondatrice du collectif féministe "Nous Toutes" au rassemblement contre les féminicides à Paris, le 1er septembre 2019.
Caroline De Haas, co-fondatrice du collectif féministe "Nous Toutes" au rassemblement contre les féminicides à Paris, le 1er septembre 2019.
Crédit : ZAKARIA ABDELKAFI / AFP
Féminicides
00:01:17
Raphaël Vantard - édité par Marie Zafimehy

"Marianne, Denise, Irina". Ces femmes ne se connaissaient pas et pourtant elles ont un point commun : toutes sont mortes sous les coups de leur mari ou de leur ex-conjoint. Pendant de longues minutes dimanche 1er septembre, au soir, à Paris le collectif Nous-Toutes a égrainé les prénoms de chacune de ces victimes. Elles sont 100 depuis le mois de janvier.

L'objectif de cette manifestation était d'interpeller les pouvoirs publics à la veille de l'ouverture du Grenelle des violences conjugales. "Ces cent femmes, pour la plupart d'entre elles, on aurait pu éviter leur mort si on avait des services publics qui fonctionnaient, si on avait eu des plaintes qui avaient été traitées correctement", s'indigne Caroline De Haas au micro de RTL.

Marlène Schiappa a d'ores-et-déjà annoncé 1 million d'euros supplémentaires pour financer les associations qui luttent contre les violences faites aux femmes. Pas assez selon la co-fondatrice du collectif : "C'est une plaisanterie ! On a besoin - et c'est chiffré dans le rapport du Haut Conseil à l'égalité - on a besoin de 500 millions". 

Caroline De Haas en appelle désormais à Emmanuel Macron. "Il a le droit de changer d'avis, il a le droit de décider que les violences contre les femmes sont une priorité politique, il a le droit de convoquer un conseil des ministres spécial, de dire on débloque des moyens. La balle est dans son camp", conclut-elle.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.