1 min de lecture

François Fillon se défend de vouloir "privatiser l'assurance maladie"

RTL MIDI

François Fillon, le 25 novembre 2016
François Fillon, le 25 novembre 2016 Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
245-PARIZOT
Vincent Parizot et Christelle Rebière

François Fillon se défend de vouloir "privatiser l'assurance maladie"

François Fillon, candidat de la droite pour 2017, a de nouveau répondu lundi aux vives critiques dont il est l'objet sur son programme en affirmant ne pas vouloir "privatiser l'assurance maladie", qui "continuera à couvrir les soins comme aujourd'hui". 

"La situation de notre système de santé est inquiétante et ceux qui prétendent le contraire sont dans le déni et la démagogie. Mon objectif est de sauver notre système de santé qui fut l'un des meilleurs au monde et qui doit le redevenir", écrit-il dans cette tribune au figaro.fr publiée lundi soir et intitulée "Ce que je veux pour la Sécurité sociale". 

"J'entends réaffirmer le principe d'universalité dans l'esprit des ordonnances de 1945. L'assurance maladie obligatoire et universelle, pilier de la solidarité, doit rester le pivot dans le parcours de soins dont le médecin généraliste est l'acteur-clé" et "elle continuera à couvrir les soins comme aujourd'hui et même, mieux rembourser des soins qui sont largement à la charge des assurés, comme les soins optiques et dentaires", défend-il. 

"Il n'est donc pas question de toucher à l'assurance maladie et encore moins de la privatiser", martèle le champion de la droite. 

François Fillon a plaidé durant la campagne de la primaire pour une prise en charge par la "Sécu" des seuls gros risques, les petits étant remboursés par les mutuelles ou assurances privées. 

Sa position a suscité inquiétude et critiques jusque dans son propre camp. Certains tel Bernard Accoyer, secrétaire général du parti LR, avait estimé qu'une "clarification" était nécessaire. 

Un proche de Fillon, Jérôme Chartier, avait tenté lundi matin de rassurer en expliquant que les "petits risques" seraient toujours pris en charge mais que notamment "ça dépendrait de quel rhume". 


Faut-il abandonner la généralisation du tiers payant ? RTL vous invite à répondre à la question du jour.

Faut-il abandonner la généralisation du tiers payant ?
Nombre de votes : 6971 *Sondage à valeur non scientifique
Lire la suite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants