2 min de lecture Florange

Florange : "L'usine fonctionne très bien sans ses hauts fourneaux", assure Michel Liebgott

REPLAY - INVITÉS RTL - François Hollande dit avoir "respecté ses engagements" à Florange. Walter Brocoli, ancien syndicaliste de Florange et Michel Liebgott, député socialiste de Moselle, en débattent.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Florange : "L'usine fonctionne très bien sans ses hauts fourneaux", assure Michel Liebgott Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Philippe Peyre

Reclasser 650 emplois et investir 180 millions d'euros figuraient parmi les promesses de l'accord signé entre François Hollande et Arcelor Mittal pour sauver l'usine de Florange. Cet accord a-t-il été respecté ? "Je constate qu'on a perdu 1.000 emplois directs et indirects", déplore Walter Brocoli, ancien syndicaliste de Florange et aujourd'hui conseiller régional MoDem. "On a aussi perdu le projet du haut fourneau écologique qui devait être payé en grande partie par l'Europe et ce, à la suite de la décision de François Hollande. Quant aux 180 millions d'euros d'investissement, ils n'ont servi qu'à une remise à niveau des outils et à de l'entretien courant, ce n'est pas ce que j'appelle de l'investissement", poursuit l'ancien syndicaliste. 

Une vision à laquelle Michel Liegbott, député PS de Moselle, n'adhère pas du tout : "Le plus important, c'est qu'on a investi dans cette usine, ce qui a permis de maintenir la production d'acier. On produit aujourd'hui le meilleur acier au monde", se félicite-t-il. "On peut toujours regretter de ne pas avoir fait le haut fourneau du futur. Il était financé par l'Europe et elle n'a pas souhaité aller au bout. L'usine fonctionne très bien sans ses hauts fourneaux", atteste le député. "C'est faux", lui rétorque Walter Brocoli, qui estime que "le projet de haut fourneau écologique était en tête de liste" et que "c'est Mittal qui l'a retiré".  

Michel Liegbott précise qu'il y a 300 à 400 millions de surproduction de tonnes d'acier dans le monde à l'origine de la Chine : "On ne peut pas lui interdire militairement d'en produire", reconnaît le député qui poursuit : "Notre problème est de produire à hauteur des besoins français et européens, ce qu'on fait aujourd'hui avec effectivement moins de personnes", explique-t-il. On a selon lui "perdu des dizaines de milliers d'emplois dans la sidérurgie" mais il note que "la productivité augmente".Pour lui, Florange est aujourd'hui "une usine du futur". 

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Florange Sidérurgie François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785319453
Florange : "L'usine fonctionne très bien sans ses hauts fourneaux", assure Michel Liebgott
Florange : "L'usine fonctionne très bien sans ses hauts fourneaux", assure Michel Liebgott
REPLAY - INVITÉS RTL - François Hollande dit avoir "respecté ses engagements" à Florange. Walter Brocoli, ancien syndicaliste de Florange et Michel Liebgott, député socialiste de Moselle, en débattent.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/florange-l-usine-fonctionne-tres-bien-sans-ses-hauts-fourneaux-assure-michel-liebgott-7785319453
2016-10-17 10:36:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/9lygia1w95AHh4ym9wYleg/330v220-2/online/image/2016/1010/7785203030_francois-hollande-a-florange-en-2012.jpg