1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. États-Unis : il doit 16.000 dollars aux impôts après avoir récolté de l'argent pour ses voisins
2 min de lecture

États-Unis : il doit 16.000 dollars aux impôts après avoir récolté de l'argent pour ses voisins

VU DANS LA PRESSE - Un professeur de sciences de 27 ans se retrouve à devoir payer 16.000 dollars aux impôts après avoir récolté plus de 40.000 dollars pour venir en aide à ses voisins.

Un Américain est contraint de payer 16.000 dollars aux impôts après avoir récolté 40.000 dollars pour faire les courses à ses voisins en difficultés face au coronavirus.
Un Américain est contraint de payer 16.000 dollars aux impôts après avoir récolté 40.000 dollars pour faire les courses à ses voisins en difficultés face au coronavirus.
Crédit : Amazon / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault

Louis Goffinet, un américain de 27 ans, ne pensait pas que ses bonnes actions lui reviendraient si cher. Professeur de sciences dans le Connecticut, le jeune homme est venu en aide à ses voisins en difficultés pendant la pandémie de coronavirus. Grâce à un appel aux dons lancé sur Facebook, il a réussi à récolter plus de 40.000 dollars... mais en janvier mauvaise nouvelle : les impôts lui réclament 16.000 dollars. 

En avril 2020, Louis lance une cagnotte sur Facebook, afin de récolter un peu d’argent pour faire les courses de ses voisins en difficultés face à la crise sanitaire. Un appel aux dons qui a fonctionné au-delà de ses espérances puisque trois mois plus tard, le professeur de sciences avait récolté plus de 30.000 dollars. À l’automne, il relance un appel pour aider ses voisins pendant la période des fêtes et récolte à nouveau 10.000 dollars.

Mais problème, en janvier Louis reçoit une lettre des impôts, lui indiquant qu’il leur devait presque la moitié de tout l’argent récolté. "J'étais tellement choqué", a-t-il déclaré au Hartford Courant, relayé par le Washington Post. "C'est un si gros montant. Ce n'est pas comme si je pouvais dire : 'Oh, pour le mois ou les deux prochains mois, je réduirai mes dépenses et j'économiserai 16.000 dollars'", a confié Louis.

Un nouvel appel aux dons pour l'aider à payer la somme

En effet, ce que le jeune homme ne savait pas, c'est que les dons reçus via Facebook sont considérés comme des revenus personnels puisqu'il n'est pas une organisation à but non lucratif accréditée. Ainsi, les dons qu'il a fait aux familles, sous forme d'espèce, de chèque ou en offrant des courses ne sont pas qualifiés comme des dépenses déductibles. 

À lire aussi

Face à la difficulté de devoir rembourser une telle somme d'argent, Louis a dû faire de nouveau faire appel à ceux qui l'ont aidé dans son projet, en leur demandant de l'aider à payer. "C'est tellement inconfortable", a-t-il confié au Hartford Courant. "C'est une pandémie. Les gens sont dans une situation difficile. C'est bizarre de demander de l'argent à quiconque. Et maintenant, le demander uniquement pour moi c'est tellement bizarre et vraiment hors de ma zone de confort", a-t-il déploré. 

Toutefois Louis est désormais rodé : les plate-formes en ligne c'est fini. Le professeur a précisé qu'il n'accepterait uniquement les dons par chèque envoyés par courrier.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/