1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Éruption du volcan Ontake au Japon : et si cela arrivait au mont Fuji ?
3 min de lecture

Éruption du volcan Ontake au Japon : et si cela arrivait au mont Fuji ?

Le célèbre mont Fuji et plus de 40 volcans sont susceptibles de se réveiller soudainement au Japon.

La ville de Tokyo (illustration)
La ville de Tokyo (illustration)
Crédit : AFP / KAZUHIRO NOGI
La rédaction numérique de RTL & AFP

A l'instar du mont Ontake, dont la violente éruption samedi a pris tout le monde par surprise, pas moins de 47 volcans de l'archipel japonais sont jugés à risques pour le siècle à venir. Mais ces éruptions restent imprévisibles : "Ce qui s'est passé samedi a dépassé nos moyens actuels d'anticipation", a reconnu le président de la commission de prédiction de l'activité volcanique, Toshitsugu Fujii.

Il existe une échelle d'avertissement pour l'activité volcanique, de 1 à 5, le dernier niveau nécessitant l'évacuation de la population alentour. Juste avant son éruption, le mont Ontake était au niveau 1, le plus bas, avec seulement la possibilité de quelque échappement, mais sans restriction particulière pour les randonneurs. 

L'éruption du volcan Ontake le 27 septembre 2014 (photo d'illustration)
L'éruption du volcan Ontake le 27 septembre 2014 (photo d'illustration)
Crédit : AFP

Le niveau a été ensuite rehaussé de deux crans, seuil correspondant à une "éruption avec avec un grand danger pour les personnes approchant et un risque jusque vers les habitations".

80% des mairies sans plan concret d'évacuation

Selon une étude gouvernementale publiée en juin, 80% des localités concernées par les conséquences possibles d'une éventuelle éruption volcanique à proximité n'ont pas de plan concret d'évacuation. Actuellement, parmi les 47 volcans sous surveillance (sur les 110 actifs du pays), quatre sont au niveau 3 (risque d'éruption, danger dans un rayon assez large à proximité), 5 au niveau 2 (danger près du cratère) et les autres au niveau 1 ou sans aucun risque.

Toutes les semaines, l'agence de météo publie un bulletin dans lequel elle détaille la situation des volcans et met en garde le cas échéant. Dans celui du 25 septembre, elle décrit notamment la situation sur l'île volcanique Miyakejima (niveau 2) ou sur Nishinoshima et Ioto où l'approche du cratère est à hauts risques.

Pour le mont Ontake, elle avait écrit : "il a connu de nombreux séismes les 10 et 11 septembre, mais ils ont diminué depuis et il y en a peu désormais". Mais, poursuivait l'agence, "il faut continuer à être vigilant" car ce volcan a subi de petites éruptions en 2007 et une de grande ampleur en 1979.

Le "Fuji-san", monstre endormi

"Un très fort séisme comme celui du 11 mars 2011 (de magnitude 9) peut entraîner un risque d'éruption des volcans de la région en raison d'une accumulation de magma", expliquait mi-2012 le professeur Fujii. Et le même de citer le cas d'un violent tremblement de terre de magnitude 8,6 le 28 octobre 1707 au sud de l'archipel : "49 jours plus tard, le 12 décembre, une éruption explosive comme on en a rarement connue dans l'histoire s'est produite... au mont Fuji".

Contrairement à ce que beaucoup pensent, le "Fuji-san", plus haut sommet du Japon qui culmine à 3.776 mètres, classé au patrimoine culturel mondial de l'Unesco, n'est pas éteint, il est juste endormi. "Dans la deuxième partie du XXe siècle, chaque fois qu'est survenu un séisme de magnitude 9 quelque part, les volcans alentour sont entrés en éruption dans les années suivantes", prévient Toshitsugu Fujii qui est aussi président de la commission de prédiction des éruptions.

Des dégâts majeurs en cas d'éruption

À lire aussi

Le mont Fuji est actuellement situé au niveau 1 de l'échelle de risque, tout comme l'était le mont Ontake jusqu'au jour où il s'est brutalement mis en colère. La préfecture de Shizuoka, que domine ce cône quasi parfait, se prépare à un réveil brutal de son joyau. Elle a établi un plan d'évacuation que tout un chacun peut se procurer sur internet et met à la disposition des habitants un site interactif qui simule la propagation de lave dans les différents cas.

"Nous ne voyons pas pour le moment de signes particuliers d'activité, mais dans le cas d'une éruption majeure, les dégâts et conséquences seraient bien plus importants que pour les autres volcans, s'étendant sur plusieurs provinces jusqu'à Tokyo et les préfectures alentour", prévient la région dans son projet d'évacuation de 60 pages datant de février dernier.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/