2 min de lecture Nucléaire

EPR de Flamanville : un rapport révélerait de nouvelles anomalies au cœur du réacteur, selon "Mediapart"

L'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire minimise l'importance des révélations de "Mediapart" et évoque une simple "phase d'instruction".

Le chantier de l'EPR de Flamanville en juin 2013 à Flamanville (Manche)
Le chantier de l'EPR de Flamanville en juin 2013 à Flamanville (Manche) Crédit : AFP / CHARLY TRIBALLEAU
Romain Renner
Romain Renner
Journaliste RTL

Selon un rapport de l'institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) divulgué par Mediapart, le réacteur pressurisé européen (EPR) de Flamanville (Manche) souffrirait de "multiples modes de défaillances aux conséquences graves" sur les soupapes de sûreté. Des révélations qui interviennent seulement quelques semaines après la divulgation de problèmes sur le fond de cuve du futur réacteur nucléaire.

Les soupapes de sûreté mises en cause permettent de laisser s'échapper la vapeur du pressuriseur, faisant baisser la pression dans le circuit primaire. Mediapart rappelle que le dysfonctionnement de ces composants a été "l'une des principales causes de l'accident nucléaire du Thrre Mile Island en mars 1979", qui a conduit à l'arrêt du programme nucléaire américain. Selon le rapport consulté par Mediapart, "les pilotes censés déclencher ces soupapes ne fonctionnent pas" et seraient même sujets à des fuites fréquentes.

L'IRSN minimise le rapport évoqué par "Mediapart"

L'IRSN évoque des "risques de fuites de fluide primaire (l'eau qui refroidit le réacteur, ndlr)", ainsi qu'un "échec à l'ouverture et à la fermeture". L'institut remet directement en cause les choix d'Areva, la société qui fournit les réacteurs. "Areva responsable de la conception. Pas d'expérience d'Areva dans la conception de soupape. Pas d'implication de Sempell (le fabricant de la soupape, ndlr) lors des essais de qualification", est-il notamment écrit.

"Il n'y a pas de 'rapport confidentiel' car nous n'en sommes qu'à la phase d'instructiona réagi Thierry Charles, directeur général adjoint de l'IRSN, dans les colonnes du Monde après la publication de l'article de Mediapart. Pour l’instant, on ne peut pas encore conclure que c’est grave car on n’a pas encore jugé complètement la qualité de ces soupapes. Nous sommes en train d’examiner le dossier remis par EDF en vue du démarrage de l’EPR. Sur tous les sujets, on a des remarques. C’est classique". Selon lui, l'IRSN devrait être en mesure de rendre son avis sur les soupapes "dans le courant de l'été". Areva assure de son côté que "tout ceci fait partie du travail normal de qualification des équipements mené avec l'IRSN".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nucléaire Centrale Énergie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants