1 min de lecture Nucléaire

Areva soupçonné d'avoir caché des anomalies à l'EPR de Flamanville

Selon une note de l'IRSN que s'est procuré "Le Canard Enchaîné", le groupe Areva était informé des défaillances de la cuve du réacteur de Flamanville depuis 2006.

L'EPR de Flamanville le 6 novembre 2014. (archives)
L'EPR de Flamanville le 6 novembre 2014. (archives) Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Marine Cluet Journaliste

Le 7 avril dernier, l'autorité de Sûreté Nucléaire publiait un rapport sur des anomalies repérées sur l'EPR de Flamanville. En cause, la cuve du réacteur, dont l'acier pourrait ne pas être aux normes des résistances requises, et qui retarderait le chantier de plusieurs mois. Un coup dur pour Areva, qui doit effectuer de nouveaux tests à l'automne.

Un coup dur qu'aurait pu néanmoins prévoir Areva, qui avait connaissance de cette fragilité depuis 9 ans révèle Le Canard Enchaîné. Selon une note de 32 pages adressée à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), le groupe avait constaté lors de tests menés en 2006 que le couvercle de la cuve contenait à certains endroits deux plus de carbone que le maximum autorisé, rendant ainsi le réacteur moins apte à résister aux fissures.

Une prise de conscience tardive

Areva se défend comme elle peut. "Les tests en question n’avaient pas pour objet la teneur en carbone en elle-même, mais seulement l’orientation de la pièce, explique Patrick Poret, directeur des usines du Creusot et de Saint Marcel d’Areva. Nous étions à un stade intermédiaire de fabrication, la pièce allait encore être réduite de 50 à 60 mm. Nous n’avions pas de raisons d’être alarmés par les niveaux indiqués". 

À lire aussi
Deux personnes se recueillent devant un mémorial, huit ans après le tsunami et l'accident nucléaire de Fukushima. Japon
Fukushima : 8 ans après, les travaux de décontamination loin d'être achevés

Cela ne convainc pas l'IRSN, selon qui ces résultats auraient du "amener à réfléchir" et qui s'interroge sur le manque de vigilance. Même son de cloche à l'ASN : "Les mesures de 2007 étaient un signal faible des anomalies, qui auraient pu faire émerger le problème", note Rémy Catteau, directeur des équipements sous pression de l’ASN.

Le manque de réaction du groupe nucléaire a poussé l'ASN à demander au groupe nucléaire un audit externe de ses processus au Creusot. L'expert devrait rendre ses conclusions à la rentrée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nucléaire Areva
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779050625
Areva soupçonné d'avoir caché des anomalies à l'EPR de Flamanville
Areva soupçonné d'avoir caché des anomalies à l'EPR de Flamanville
Selon une note de l'IRSN que s'est procuré "Le Canard Enchaîné", le groupe Areva était informé des défaillances de la cuve du réacteur de Flamanville depuis 2006.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/epr-de-flamanville-areva-soupconne-d-avoir-cache-des-anomalies-7779050625
2015-07-09 11:47:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/GeRyEBj3r6R8pdJrhuKcKQ/330v220-2/online/image/2015/0709/7779050646_flamanville.jpg