3 min de lecture Immigration

Entre Eurotunnel et Bernard Cazeneuve, qui dit vrai ?

ÉCLAIRAGE - Après le décès d'un neuvième migrant dans la nuit de mardi à mercredi, le groupe Eurotunnel et le ministère de l'Intérieur se rejettent les responsabilités. Qui dit vrai dans cette affaire ?

Un train passe sous l'Eurotunnel le 10 avril 2014 (archives).
Un train passe sous l'Eurotunnel le 10 avril 2014 (archives). Crédit : DENIS CHARLET / AFP
Yannick Sanchez
Journaliste RTL

Alors qu'un neuvième migrant est décédé sur le site d'Eurotunnel dans la nuit de mardi 28 à mercredi 29 juillet, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a accusé l'entreprise de ne pas faire assez d'efforts pour assurer la sécurité sur le site. "Le groupe Eurotunnel, dont relève la sécurité de l'enceinte et de l'intérieur de l'emprise, n'a pas fait, selon mon analyse, des efforts à due proportion de l'aggravation de la situation", dénonce le ministre, dans une lettre adressée le 23 juillet au président du groupe Eurotunnel, Jacques Gounon. Le ministre estime par ailleurs que le groupe a divisé par trois les moyens humains consacrés à la sécurité depuis 2002, quand l'État déclare les avoir multipliés par cinq depuis 2012.

De son côté, Eurotunnel affirme avoir déjà intercepté depuis le 1er janvier plus de 37.000 migrants par ses propres moyens et appelle la France ainsi que la Grande-Bretagne à des "réactions appropriées". L'entreprise déclare dans un communiqué avoir "alerté depuis plusieurs mois la Commission intergouvernementale du Tunnel sous la Manche et les pouvoirs publics de l'explosion du nombre de migrants présents dans le Calaisis, et des conséquences, parfois dramatiques, que cela pourrait avoir" ; ajoutant que la situation "dépasse ce qu'un concessionnaire peut raisonnablement faire". Alors à qui la faute ? Les chiffres brandis par Eurotunnel et le ministère de l'Intérieur sont-ils exacts ? À qui revient la responsabilité de la sécurité sur le site ?

Que fait l'État pour assurer la sécurité des migrants ?

En déplacement à Londres pour évoquer les questions liées aux migrants, Bernard Cazeneuve a mentionné la création d'un "fonds d'intervention franco-britannique", sans donner plus de détails. Ce dernier a également évoqué le renfort de 120 policiers affectés à la sécurisation du site tout en rappelant que "le groupe Eurotunnel doit également prendre ses responsabilités". 

Outre-manche, la ministre britannique de l'Intérieur, Theresa May, a annoncé mardi une rallonge de 7 millions de livres (10 millions d'euros) pour renforcer la sécurité du terminal d'embarquement à Coquelles. Le ministère de l'Intérieur n'a pas répondu à nos sollicitations pour donner plus de détails aux chiffres fournis par Bernard Cazeneuve. Il nous a donc été impossible de vérifier la baisse des investissements d'Eurotunnel évoquée par le ministre et les quelque 37.000 interceptions que l'entreprise annonce avoir effectuées.

Que fait Eurotunnel ?

À lire aussi
Emmanuel Macron devant le Congrès, rassemblé en juillet 2019 gouvernement
Immigration : le pari d'Emmanuel Macron pour "un patriotisme inclusif"

En 2002 déjà, le groupe Eurotunnel annonçait en introduction de son rapport financier "n'avoir cessé d’insister auprès des deux gouvernements (français et britannique, ndlr) afin qu’ils prennent des mesures fortes pour régler le problème des incursions de clandestins sur notre terminal de Coquelles", tout en se réjouissant de la fermeture du centre de Sangatte

Aujourd'hui, l'entreprise assure s'engager "au-delà de ses obligations contractuelles", en ayant notamment "investi massivement dans les moyens physiques (clôtures, éclairages, caméras, barrières infrarouge) et humains de protection du terminal de Coquelles : plus de 160 millions d'euros, dont 13 millions d'euros au premier semestre 2015". 

Le groupe Eurotunnel réclame 9,7 millions d'euros de dédommagement

Le 22 juillet, Eurotunnel a demandé une indemnisation de 9,7 millions d'euros aux gouvernements français et britannique, pour compenser ses dépenses et pertes d'exploitation liées à l'afflux de migrants. L'exploitant renvoie ainsi les gouvernements à leurs responsabilités en évoquant les textes fondateurs qui, selon lui, "demandent aux Etats, au-delà de leurs responsabilités régaliennes, de permettre au concessionnaire d'effectuer son activité de transport en toute sécurité". 
Pourtant, les textes en question ne sont pas aussi explicites que le laisse entendre Eurotunnel. L'article 23.2 de la liaison fixe Transmanche, signée en 1986 par le ministre des Transports de l'époque, Jean Auroux, exige notamment des concessionnaires qu'ils "prennent toutes mesures intéressant la défense et la sûreté de la liaison fixe".

La réponse modeste d'Eurotunnel

Début juillet, à la suite de deux accidents mortels sur le site du tunnel sous la Manche, Eurotunnel annonçait vouloir distribuer des tracts dans neuf langues pour informer des dangers encourus par les personnes pénétrant dans le tunnel ferroviaire. Une réponse jugée non pertinente par les principaux concernés, déterminés à rejoindre le Royaume-Uni après avoir bien souvent quitté des pays en guerre. Le groupe a par ailleurs annoncé la mise à disposition de bus pour "convoyer les migrants interceptés"

Au lendemain de la mort d'un Soudanais, écrasé par un camion sur le site, le PDG d'Eurotunnel, Jacques Gounon, paraissait bien démuni face à l'afflux de migrants. "On n'est pas dans le cadre d'un passager qui ne paye pas son billet, on est face à des invasions systématiques, massives, peut-être même organisées", estime-t-il, évoquant une  "vocation médiatique puisque, in fine, personne ne réussit à traverser le tunnel sous la Manche".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Immigration Éclairage Eurotunnel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779254044
Entre Eurotunnel et Bernard Cazeneuve, qui dit vrai ?
Entre Eurotunnel et Bernard Cazeneuve, qui dit vrai ?
ÉCLAIRAGE - Après le décès d'un neuvième migrant dans la nuit de mardi à mercredi, le groupe Eurotunnel et le ministère de l'Intérieur se rejettent les responsabilités. Qui dit vrai dans cette affaire ?
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/entre-eurotunnel-et-bernard-cazeneuve-qui-dit-vrai-7779254044
2015-07-29 15:28:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/SXvNqLaFNJmIGBuLFNZipQ/330v220-2/online/image/2015/0722/7779176570_eurtunnel.jpg