2 min de lecture Enseignement

Enseignement : les Français aiment les professeurs, Vallaud-Belkacem salue des progrès dans le recrutement

Selon un sondage OpinionWay pour "Le Parisien", 66% des Français ont une "image positive" des enseignants. Dans le même temps, les résultats aux épreuves du concours d'admission s'améliorent.

L'Éducation nationale va vérifier le passé de tous les fonctionnaires en contact avec des enfants.
L'Éducation nationale va vérifier le passé de tous les fonctionnaires en contact avec des enfants. Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Plus de la moitié des Français (66%) ont une image positive des professeurs/enseignants, selon un sondage OpinionWay, publié dans Le Parisien/Aujourd'hui-en-France de samedi 6 juin. "59% des Français ont une image "plutôt positive" et 7% "très positive" des professeurs/enseignants, qui leur ont transmis l’amour d’une matière (59%), le goût d’apprendre (41%), une indispensable confiance en eux (31%), voire, pour près d’un quart, une passion qui nourrit leur vie d’adulte", détaille le journal.

Ce sondage a été effectué à l'occasion de la première Fête des profs, inspirée de manifestations implantées depuis longtemps à l’étranger, notamment dans le monde anglo-saxon. Cette bonne cote d'amour vient ajouter de l'eau au moulin de Najat Vallaud-Belkacem, lancée dans une opération séduction, avec l'objectif de remplacer les enseignants qui partent à la retraite et de pourvoir les 54.000 créations de postes promises pendant le quinquennat.

Les aspirants profs réussissent mieux cette année

Selon la ministre, les résultats aux épreuves écrites du concours d'enseignants 2015 s'améliorent, une tendance qui laisse dubitatifs plusieurs syndicats pour lesquels la crise du recrutement perdure. 

Les chiffres des admissibilités (avant les oraux) sont tombés dans toutes les académies pour le premier degré et dans une partie des disciplines pour le second degré. Najat Vallaud-Belkacem a salué une "amélioration" qui "se confirme", établissant une comparaison avec la session 2013 et non 2014, année atypique avec l'organisation de deux concours.

Une "crise d'attractivité" pas encore résolue selon les syndicats

À lire aussi
Des étudiants de l'Université de Nanterre devant leur ordinateur (Illustration). coronavirus
Les infos de 12h30 - Coronavirus : le protocole sanitaire pour la rentrée universitaire

La ministre salue une amélioration grâce à la remise sur pied d'une formation initiale des enseignants, la rémunération des étudiants de deuxième année de master, une campagne d'information et des mesures pour la Seine-Saint-Denis, département en difficulté.

Les syndicats, quant à eux, restent mesurés. Le premier syndicat du primaire, le SNUipp-FSU, estime ainsi que la ministre a "bien enjolivé la situation". "La crise d'attractivité du métier de professeur des écoles est loin d'être derrière nous", estime le syndicat, qui réclame "des mesures générales de revalorisation, d'amélioration des conditions de formation et d'exercice du métier" et des pré-recrutements.


Dans le secondaire, les résultats "confirment également l'amélioration du recrutement, y compris dans les disciplines" déficitaires, selon le ministère. "On n'est pas au bout de l'effort", il y aura probablement des postes non pourvus au concours en lettres modernes, en maths et en anglais, "mais on constate que le nombre d'inscrits et le nombre d'admissibles montent, tandis que le ratio s'améliore, sauf en lettres modernes", commente l'entourage de la ministre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enseignement Grève Éducation nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants